Les salles sont équipées d'imagerie médicale et robotique. Une première européenne pour un investissement de 13 millions

Ce vendredi, en présence de nombreuses personnalités, le CHU de Liège a inauguré son nouveau bloc opératoire. Pour le groupe de travail « Cap 24 », présidé par Eric Maclot, directeur du Département infirmier, c’est l’aboutissement de six années de travail et la mise à disposition du patient d’un bloc unique en Europe : quatre nouvelles salles d’opération avec imagerie médicale et chirurgie robotique intégrée. Un investissement de 13 millions !

Le travail a débuté par la mise en place d’un outil de gestion informatisée du bloc opératoire (planification, gestion en temps réel, mesure de l’occupation des salles. "L’objectif était d’atteindre 85 % d’opération réelle du quartier opératoire, explique-t-on au Département de Chirurgie. Ce taux a rapidement été dépassé, atteignant 90 % en chirurgie cardiaque, 95 % en chirurgie orthopédique, 90 % en chirurgie maxillo-faciale, avec beaucoup de difficultés d’organisation". Et ces besoins, avec la construction concomitante de l’Institut de Cancérologie qui va accroitre les besoins en opérations oncologiques, ont été chiffrés : « Les différentes services chirurgicaux ont demandé quatre nouvelles salles, modulaires et hybrides, sur le site du Sart Tilman ». Une salle opératoire "traditionnelle" a une superficie de 40m2. Equipée en imagerie et en robotique, elle passe à 60m2. Il fallait donc construire un nouveau bloc, dans le prolongement direct du bloc existant (au +1) et qui sera directement en lien avec la nouvelle unité de cancérologie. » 1 million € pour la construction du bâtiment aux moyens d’éléments préfabriqués et 12 millions pour les installations techniques et d’imagerie médicale (scanner, arceau d’imagerie robotisé) sont alors mobilisés par le Conseil d’Administration du CHU.

C’est une procédure "Design & Build" européenne, négociée avec publicité qui est lancée en mars 2017. C’est finalement Maquet-Getinge/Siemens Healthcare qui est choisie pour mener à bien ce projet

Qu’est-ce qu’elles ont de si exceptionnel ces nouvelles salles ? Elles contiennent un scanner sur rails qui permet de desservir deux salles de manière conjointe. "Le scanner ne reste pas dans la zone d’intervention. Après son utilisation, il retourne directement dans un sas de stationnement fermé entre les deux salles, libérant ainsi l’espace pour l’acte chirurgical lui-même. Dans le sas, il est désinfecté et peut faire l’objet d’actes techniques, sans perturber les opérations. La qualité de l’air dans chaque salle est garantie par la gestion des portes du sas et par le refroidissement par eau glacée du scanner. Avec ce système, c’est l’imagerie médicale qui se déplace vers le patient et plus l’inverse", expliquent les chirurgiens.

Pour Siemens Healthineers, c’est l’implémentation du bloc du CHU de Liège, avec ses quatre salles, son scanner sur rail et son sas de stationnement qui est une première européenne. "L’intégration de l’imagerie médicale « multimodale » dans le bloc opératoire permet d’optimiser les interventions de chirurgie mini-invasive, explique Carl Laurent, directeur général de Siemens Healthineers Belux. Le concept innovant combine aux meilleurs équipements chirurgicaux un arceau de radiologie entièrement robotisé et un scanner CT, au sein du quartier opératoire. L’utilisation d’une suite interventionnelle de ce type au quartier opératoire facilite l’exécution de procédures complexes, garantit la sécurité maximale pour le patient, améliore le flux de travail et rend le praticien plus autonome dans la réalisation des procédures. Le haut niveau de précision de l’arceau ARTIS Pheno est complété par la qualité d’image exceptionnelle et la grande capacité de couverture anatomique du patient offerte par le scanner SOMATOM Confidence. Le déplacement rapide de ce CT mobile, sur rails, permet de maintenir le patient dans une même position tout au long de la procédure chirurgicale. Le système vient au patient, et non l’inverse : la sécurité du patient lors de l’intervention est optimale et le gain de temps lié à l’absence de transfert peut s’avérer décisif".

"Le matériel proposé", conclut Julien Compère, Administrateur délégué du CHU de Liège, "permet d’assurer à tout patient tout type d’intervention chirurgicale : abdominale, urologique, cardiovasculaire, orthopédique, de neurochirurgie.. Et, si les systèmes d’imagerie sont aujourd’hui à la pointe technologique, tout est prévu pour pouvoir, ultérieurement ajouter des fonctionnalités selon l’évolution des pratiques chirurgicales et /ou des nouvelles technologies. Tout profit pour notre patient".