Le gouvernement wallon a approuvé les plans d’actions des 8 villes wallonnes de plus de 50 000 habitants sur base d’une enveloppe budgétaire de 240 millions d’euros. Verviers, qui compte également plus de 50 000 habitants, a quant à elle demandé un report de l’examen de son plan, en raison des inondations de la mi-juillet.

Chacune des villes concernées dispose désormais de moyens complémentaires pour mettre en œuvre, sur une période de quatre ans, un plan d’actions de redynamisation de son territoire et de rénovation énergétique de ses quartiers prioritaires dans lesquels des moyens particuliers seront concentrés, ont poursuivi les ministres.

Concrètement, Liège (avec Charleroi) se taille la part du lion avec 50,4 millions d’aide. Seraing a obtenu une somme de 16,3 millions d’euros.

La Cité ardente profitera de cet argent pour, par exemple, réaménager les 3 places principales du centre-ville que sont la place de la Cathédrale, la place St-Paul et la place Xavier Neujean. Il s’agit d’y renforcer la place du piéton, d’améliorer leur convivialité et de les verduriser, mais également de les interconnecter.

Il est aussi question de doubler la capacité de l’abri de nuit et d’optimiser l’accompagnement des personnes sans-abri. Parallèlement, il s’agit également d’aménager les étages dans le but que d’autres services ou dispositifs d’accompagnement des personnes sans-abri puissent s’y installer, et d’ainsi optimiser le travail de réinsertion...

Seraing gâtée

Enfin, quatorze chantiers de rénovation énergétique seront menés sur le territoire liégeois. Parmi ces projets à démarrer, on trouve quatre crèches et l’abri de nuit.

La Ville de Seraing devrait procéder à la réhabilitation énergétique de la mairie d’Ougrée ou à la création d’un réseau de chaleur couvrant la zone de Trasenster dans le cadre de la mise en place d’un Smart District associant bâtiments performants, réseau de chaleur, production d’électricité via l’énergie solaire et mobilité électrique.

Par ailleurs, le plan s’accompagne d’une enveloppe de 40 millions en vue de permettre la réhabilitation de sites à réaménager, ces biens immobiliers qui ont été ou qui étaient destinés à accueillir une activité autre que le logement et pour lesquels des travaux de réhabilitation sont notamment nécessaires.

J.-M. C.