Le conseil communal s’est réuni mardi soir. Il devait notamment se prononcer sur l’emprise d’une voirie dans le cadre du projet Matexi. Il a également pris connaissance des remarques de l’enquête publique dans le cadre de la demande de permis déposée en décembre 2020 auprès de la Région wallonne, seule habilitée à l’octroyer ou non.

Pour rappel, fin mai s’est tenue une réunion de concertation lors de laquelle les autorités communales ont remis un avis favorable conditionnel au projet, notamment concernant la hauteur de certains bâtiments. "Maintenant, on attend de voir ce que va décider la Région wallonne", note le bourgmestre Thierry Ancion.

La demande de permis du groupe immobilier Matexi porte sur la construction de 173 appartements, de deux surfaces commerciales (2 780 m²), de bureaux (520 m²) et la création d’espaces publics dont la création d’une voirie communale. Au cours de l’enquête publique, 52 réclamations sont arrivées auprès des services, pour la plupart de riverains qui s’opposent au gabarit du projet ou s’inquiètent de la mobilité.

"Le projet est présenté au public depuis 2019. Durant l’enquête publique, il n’y a eu aucune remarque sur cette création de voirie, d’ailleurs accordée à l’unanimité", fait remarquer le bourgmestre alors qu’Ecolo est venu avec des propositions de modification de l’emprise en question. "Je regrette que les gens hors procédure viennent faire des propositions. Il y a un délai de rigueur." La voirie concerne une esplanade piétonne qui sera aménagée en parallèle au Ravel.

Quant à la demande du PS pour que la majorité prenne position contre le projet Matexi, le bourgmestre rétorque : "C’est un projet privé sur un terrain privé, la commune n’a aucun pouvoir de décision, elle est l’équivalent d’un riverain, elle analyse et remet ses remarques." Et d’ajouter : "On est participant au stop béton et à la concentration d’habitants dans les centres urbains pour ne plus sacrifier les espaces verts. Ce qui est le cas ici. Le promoteur prévoit même d’ajouter de la verdure, avec un traitement des eaux et des toitures végétales sur tous les bâtiments." Pour le mayeur, clairement, ce projet vient répondre à la demande en logements dont la commune a grand besoin.

"Oui" mais...

Dans le cadre de l’accord de création d’une voirie, le groupe PS a tenu à donner son avis sur l’ensemble du projet "qui va considérablement impacter l’avenir de notre centre". Pour l’opposition, "ce master plan ne répond pas aux nécessités d’avenir immobilier et de mobilité pour Fléron". Si le groupe dit "oui" à une réhabilitation du site, il dit "non" à 173 logements à cet endroit.

"Nous pensons que ce projet tel qu’imaginé, même s’il a la volonté de vouloir répondre à certains grands principes d’aménagement urbain dont notamment la réaffectation de site et le plan d’aménagement du Centre de Fléron, il ne permet pas d’envisager une amélioration significative pour la vie locale en regard des nombreux inconvénients qu’il va engendrer par son ampleur, sa densité, sa concentration, son organisation et son gigantisme", a exprimé Rebecca Mullens, cheffe de groupe PS Fléron.

"C’est excessif"

Pour l’opposition en effet, "173 logements sur ce site est excessif", et de le répartir sur l’ensemble de la zone du centre, tel que prévu par le Master plan voté par la majorité IC/Ecolo en 2015. Le PS demande donc "de revoir ce projet pour revenir à une densité raisonnable, travailler sur la volumétrie, les gabarits, l’implantation générale des volumes et le front de bâtisse en favorisant les percées visuelles notamment par rapport à la cité Tillmans". Il faudrait aussi du parking en suffisance pour les commerces, "ce qui n’est pas le cas actuellement".

Enfin, le groupe pointe la non-dépendance de l’auteur de l’étude d’incidences sur l’environnement du projet, dans la mesure où "le bureau d’études du projet privé soit le même que le bureau qui conseille le collège pour ses projets d’urbanisme au quotidien