Cette condamnation a été assortie d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines pour une durée de 5 ans. Les faits avaient été dénoncés le 9 février 2020 par les médecins du centre hospitalier régional de Huy après une visite de la fillette et de sa mère. La victime âgée de 10 ans, souffrant d'un handicap mental, avait révélé avoir subi des faits de viols et d'attentats à la pudeur de la part du compagnon de sa mère entre décembre 2019 et février 2020.

En tout, huit scènes avaient été imposées à la fillette. Ces faits étaient admis par le prévenu. Devant le tribunal correctionnel, il avait minimisé sa responsabilité avant de soutenir que c'est la fillette qui avait initié des conversations à caractère sexuel et provoqué ses gestes déplacés.

Cet homme avait déjà été condamné à deux reprises pour des faits d'attentats à la pudeur et de tentatives de viols. Le parquet avait souligné le caractère pervers de son comportement.

Le prévenu avait sollicité une peine assortie de mesures probatoires mais le tribunal n'y a pas fait droit en raison de la gravité du dossier et de la personnalité du prévenu. Le prévenu a été condamné à une peine de 6 ans de prison. Cette condamnation a été assortie d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines pour une durée de 5 ans.