À Liège, ce week-end, comme à Verviers, Pepinster, Trooz ou Chaudfontaine ainsi que dans toute la vallée de l’Ourthe, les habitants n’ont pas eu une seconde de répit, depuis que leurs habitations ont été ravagées par des cours d’eau déchaînés. Ici, ce sont les quartiers de Chênée et d’Angleur-Kinkempois, coincés entre la Vesdre, l’Ourthe et la Meuse, qui ont subi les principaux dégâts, le pire ayant été évité ailleurs… Entre le centre-ville qui reprenait vie sur les terrasses et les quartiers sinistrés, le contraste était d’ailleurs saisissant. Mais à Chênée et Angleur, la solidarité s’est imposée entre des riverains logés à la même enseigne.

Il faut dire que les chiffres communiqués ce dimanche par les autorités locales font froid dans le dos. Si le bilan des décès en Cité ardente restait de deux (inchangé depuis vendredi), les dégâts matériels sont gigantesques, comme a pu s’en rendre compte sur place le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke ce dimanche, accompagné par le bourgmestre Willy Demeyer. "Au total, dans ces quartiers sinistrés, on a comptabilisé 5 000 maisons touchées", ont indiqué les autorités locales, "ce qui concerne plus de 12 500 Liégeois."

L’eau est montée à 2 mètres

Épicentre de la catastrophe à Liège : la place du Gravier où est organisé le marché de Chênée. "Ici, l’eau est montée jusqu’à deux mètres", nous a confirmé ce riverain occupé à sortir… des tonnes de déchets de sa cave. Cette eau a donc littéralement englouti la place mais aussi le pont du Lhonneux… ce dimanche midi, à la suite du passage d’un expert en stabilité, le pont en question a été fermé à toute circulation, par mesure de précaution.

D’après les autorités, on dénombrait quelque 10 m3 de déchets retirés, en moyenne dans chaque habitation. Le tout était concentré sur la place du Gravier, avant d’être acheminé sur le site de Chertal (Oupeye), les sites d’Intradel étant quant à eux saturés.

Aux abords de la place du Gravier par ailleurs, à deux pas de l’hôtel de ville de Chênée, on distinguait les "fondatio ns " de deux bâtisses, littéralement avalées par une Vesdre en furie. Dans l’une de ces maisons se trouvait Le Vieux Moulin, café bien connu des Liégeois. Il a définitivement sombré (photo).

Toutes les maisons sinistrées visitées

Depuis vendredi, les services de police et de la Ville de Liège ont par ailleurs débuté une opération de visite des maisons sinistrées, à Chênée, Angleur et Kinkempois. Ce dimanche peu avant midi, 87 % des maisons sinistrées avaient été visitées et le taux de 100 % devait être atteint en cours de journée. "Après chaque visite, une étiquette est placée sur la porte de l’habitation", précisait-on à la police de Liège.

© MB

© MB