Il était 10 h 30 précises lorsque le cercueil de l’évêque émérite de Liège, Aloys Jousten, a été mené vers l’autel, au son de l’orgue de la cathédrale Saint-Paul. Il était unanimement apprécié, comme en ont attesté les nombreuses personnes qui se sont déplacées, ce lundi matin, pour assister à ses funérailles.

C’est l’évêque de Liège, Jean-Pierre Delville, qui a célébré la cérémonie de funérailles de son prédécesseur. D’emblée, il a salué la présence de nombreux évêques de Belgique, du nonce apostolique en Belgique sortant (représentant du Pape) ; Augustine Kasujja ; ou encore de représentants des autres Églises chrétiennes et d’autres religions. Parmi les autorités civiles, on peut notamment relever la présence du président du parlement de la Communauté germanophone Karl-Heinz Lambertz ; du vice-ministre président du gouvernement de la Communauté germanophone Antonios Antoniadis ; ou encore du bourgmestre de Liège Willy Demeyer. On y a également vu l’avocate générale Marianne Lejeune, au nom de la magistrature.

Dans un message du Pape François communiqué lors de la cérémonie, celui-ci a exprimé sa sympathie et sa communion de prières avec la famille et les fidèles.

Aloys Jousten est décédé lundi dernier, à l’âge de 83 ans. De manière inattendue, comme l’a souligné Monseigneur Delville, alors qu’il était en déplacement à Cologne avec des amis pour fêter l’anniversaire de sortie de leurs études secondaires. Monseigneur Delville a ainsi évoqué un homme fidèle en amitié "et qui a semé autour de lui l’amitié", mais aussi fidèle à sa famille et à la communauté germanophone. Ce qui semble être bel et bien le cas vu que l’on pouvait entendre, parmi l’assemblée, de nombreuses personnes s’exprimer en allemand…

En effet, originaire d’Amel (Amblève), Aloys Jousten a été curé-doyen à Saint-Vith puis à Eupen. Consacré en 2001 91e évêque de Liège, il est ainsi devenu le premier germanophone à la tête de l’évêché de Liège. Raisons pour lesquelles la cérémonie s’est déroulée en français et en allemand.

On lui reconnaît également ses engagements, prioritairement, pour "les pauvres, les immigrés, les travailleurs, les malades, les victimes de violence et populations du Sud du monde".

À l’issue de la cérémonie, le cercueil du défunt a été descendu dans la crypte de la cathédrale Saint-Paul, dans l’intimité familiale.