La cour d’appel de Liège a condamné Kevin, un trentenaire à une peine de 40 mois de prison avec sursis probatoire pour un quart de la peine pour avoir commis plusieurs scènes de violence sur sa compagne, une dame qu’il avait déjà frappée à plusieurs reprises. Des faits qu’il a commis alors qu’il venait tout juste de sortir de prison après avoir frappé la même victime !

En effet, le 27 mars 2020, il a été condamné à 18 mois de prison avec sursis probatoire pour un tiers de la peine pour lui avoir porté des coups qui ont entraîné une incapacité de travail. Kevin a été libéré en mai. Peu de temps après, il a commis de nouveaux faits sur la même victime.

Ainsi, le 31 août 2020, la police a été avertie de nouveaux faits commis par Kevin. Kevin s’est énervé parce que la présence de la fille de sa compagne l’indisposait… Le violent s’est mis en colère. Il a cassé des objets. Il a également sorti la porte de la chambre de ses gonds. Il s’en est ensuite physiquement pris à sa compagne. Il lui a porté des coups et a ensuite tenté de l’étrangler. Des violences commises sous les yeux de la fillette de la victime. L’enfant a enregistré les faits.

Une personne a prévenu les secours, mais la victime a tenté de dissuader celle-ci d’agir car son compagnon avait menacé de mort ses enfants s’il retournait en prison.

Les juges ont souligné que les faits ont été commis seulement quelques semaines après une libération. Ils ont aussi retenu que l’auteur s’en est une nouvelle fois pris à la même victime. "La cour a une bonne mémoire", a déclaré la juge au condamné. "Nous vous avons accordé une partie de sursis, mais sachez que si vous revenez, nous vous reconnaîtrons, même avec le masque, et nous serons beaucoup moins indulgents", a terminé la présidente.

Sarah Rasujew