C’est avec la constitution du jury que la cour d’assises de Liège entamera, mercredi, le procès de H.D., un Liégeois âgé de 20 ans accusé d’avoir commis un meurtre pour faciliter le vol lorsqu’il était âgé de 16 ans.

Galaad Titeux, un Liégeois âgé de 18 ans, avait été poussé du toit d’un immeuble de 27 mètres de haut. Le dossier soumis à l’examen des jurés de la cour d’assises de Liège présente des circonstances particulières et inhabituelles. H.D. était âgé de 16 ans au moment des faits. En raison notamment de sa personnalité, la justice des mineurs s’était dessaisie de l’affaire au profit de la justice des adultes. H.D. a ensuite été renvoyé devant la cour d’assises pour répondre des faits.

Des experts se sont déjà prononcés sur l’état mental de l’accusé. Un internement avait été requis par le parquet au stade du renvoi de l’affaire. Mais la chambre des mises en accusation a finalement estimé que le débat sur cette question doit se faire en présence des experts et devant les jurés de la cour d’assises.

Le fait principal reproché à H.D. est un meurtre pour faciliter le vol commis le 5 juillet 2017 sur Galaad Titeux. Les faits s’étaient déroulés en fin de nuit sur le site désaffecté de l’ancienne dentisterie de l’hôpital de Bavière. Galaad Titeux, qui revendait de la drogue, avait été poussé du haut d’un immeuble. H.D. est suspecté de lui avoir volé une somme de 950 euros.

H.D. est également accusé d’avoir commis en avril 2017 le viol d’une jeune fille âgée de 16 ans. La victime avait été conduite dans un appartement et menacée d’une arme avant d’être forcée à des rapports sexuels.

L’accusé répond de nombreux autres faits commis entre mai et décembre 2017. Il s’agit de faits de prise d’otage, d’extorsions, de vol à main armée, de vol avec violences, de tentative de cambriolage ou encore de faits de destruction commis dans un centre psychiatrique. Enfin, il est accusé de rébellion lors d’un transfert dans une institution publique de protection de la jeunesse (IPPJ).

Né en Irak, H.D. est décrit comme réfractaire, violent et bagarreur. Au premier jour de sa majorité, il avait été transféré dans une prison pour adultes en raison de son comportement violent.

Il présente une personnalité psychopathique, avec des risques d’escalade dans la criminalité et de récidive très élevés. Il présenterait aussi une maladie mentale et une importante dangerosité.

Des dispositions particulières ont été adoptées pour respecter les mesures sanitaires liées à la crise sanitaire du coronavirus. L’audience de constitution du jury aura lieu dans la rotonde des nouvelles annexes du palais de justice de Liège. Les débats au fond devraient se dérouler dès le lundi 18 janvier, dans une salle aménagée du palais des congrès de Liège. Le procès dirigé par Annick Jackers est prévu pour trois semaines.