Diana Hanzé, une Jalhaytoise de 29 ans, accusée d’avoir commis le meurtre par défenestration de Mohamed El Atmani, a contesté lundi, lors de son interrogatoire devant la cour d’assises de Liège, avoir commis les faits qui lui sont reprochés. L’accusée a soutenu qu’elle dormait lorsque Mohamed El Atmani est tombé par la fenêtre.

Les faits s’étaient déroulés le 5 avril 2017 vers 15 h 30 à Verviers. Mohamed El Atmani (46 ans), en état de séjour illégal, avait fait une chute depuis la fenêtre du deuxième étage d’un immeuble situé rue des Raines. Selon certains éléments de l’enquête, Mohamed El Atmani aurait été poussé. Il était décédé à l’hôpital.

Placée à 11 mois

Interrogée par la présidente Myriam Wilmart, Diana Hanzé a détaillé les différentes étapes de sa vie. Élevée par une famille d’accueil, où elle avait été placée à l’âge de 11 mois, Diana Hanzé a fait des études primaires et professionnelles avant de devenir palefrenier et de travailler dans différents manèges. Elle avait quitté sa famille d’accueil pour vivre seule dès l’âge de 16 ans en recevant une aide du CPAS.

Diana Hanzé situe ses premiers contacts avec le milieu de la toxicomanie vers l’âge de 20 ans, lorsque sa sœur a été assassinée. Elle consommait de la cocaïne et de l’héroïne. Elle a entamé plusieurs cures de désintoxication sans succès. L’accusée, qui comparaît libre, émarge au CPAS, cherche un emploi et vit en appartement à Jalhay.

L’accusée a ensuite raconté que c’est à l’invitation d’une amie qu’elle s’est rendue dans l’appartement où se sont déroulés les faits. Durant trois ou quatre jours, elle y a consommé de la cocaïne et de l’héroïne. Mohamed El Atmani s’est joint aux deux femmes et a apporté notamment 5 g de cocaïne. Le trio a consommé différentes drogues pendant les jours concernés.

Interrogée sur le déroulement de la journée du 5 avril 2017, Diana Hanzé a indiqué qu’elle avait consommé un "joint" à son réveil vers 12 h. Mohamed El Atmani s’est présenté avec de la cocaïne à consommer. Diana Hanzé affirme s’être rendormie, puis avoir été réveillée par des policiers, alors que le corps de Mohamed El Atmani avait été découvert sur le trottoir.

"Je dormais"

Diana Hanzé a été confrontée à ses précédentes déclarations, dans lesquelles elle disait avoir refusé une relation sexuelle sollicitée par Mohamed El Atmani. Elle avait aussi fait des aveux lors de deux auditions et reconnu avoir poussé Mohamed El Atmani dans le dos. Dans une troisième version, elle prétendait s’être accusée sous la menace de l’amie qui était présente avec elle dans l’appartement.

"La vérité, c’est que je dormais. Je n’ai rien à voir là-dedans. J’étais au mauvais endroit, au mauvais moment. Je n’étais pas bien dans ma toxicomanie. C’est cette toxicomanie qui m’a fait dire tout cela. Je ne sais pas comment il est tombé par la fenêtre. Il n’y a pas eu de dispute ou de réaction violente après une demande de relation sexuelle. J’ai menti lorsque j’ai fait des aveux à deux reprises, car je voulais sortir de la drogue", a soutenu l’accusée.

Diana Hanzé affirme aussi avoir menti lorsqu’elle avait révélé avoir effacé les empreintes qui se trouvaient sur l’appui de fenêtre.

Le procès reprendra mardi avec les auditions de différents témoins.