Comme annoncé, la Ville de Liège a mis en place une cellule de soutien administratif et psychologique pour tous les commerçants qui ont été confrontés aux violences le samedi 13 mars.

Cette cellule, composée d’agents du Bureau du commerce, du Plan de prévention (CAP-Sécurité) et du Service d’assistance policière aux victimes, a organisé une collaboration avec Ethias, qui agit non pas comme assureur de la Ville mais comme gestionnaire pour faciliter la gestion des dossiers administratifs.

En effet, si la compagnie d’assurance du commerçant n’intervient pas pour le dommage matériel subi et déclaré, le collège communal a décidé de faire un geste en prenant en charge les dégâts. Cette aide exceptionnelle se veut une réponse au regard de la gravité des événements dont les commerçants liégeois ont été victimes.

À la demande de la Ville, Ethias propose également d’organiser un soutien psychologique sous forme de séance collective permettant aux commerçants qui le souhaitent de pouvoir exprimer leur ressenti par rapport aux événements.

Une autre demande des commerçants concerne l’amélioration du processus de communication en cas d’urgence.

Pour rappel, le service CAP-Sécurité et la zone de police ont développé un système de communication spécifique aux commerçants. Le PLPI Centre permet d’échanger rapidement des informations en matière de faits de police judiciaire (vols, agissements…) et de police administrative (environnement, incivilités des personnes…) via un canal dédié. Ainsi, une plateforme en ligne et une ligne téléphonique sont à la disposition des commerçants membres du PLPI Centre.

Pour s’inscrire au PLPI Centre, rendez-vous sur l’e-Guichet de la Ville de Liège.

À ce jour, 65 commerçants ont reçu la visite de ces agents. Il s’agit de commerces situés place Saint-Lambert, galeries Saint-Lambert, îlot Saint-Michel, place de la République française, rue de la Régence, rue Gérardrie et place du Marché.