Le bourgmestre de Pepinster Philippe Godin (MR) a été condamné à une amende administrative de 5000 euros pour ne pas avoir respecté le Règlement général de la protection des données (RGPD) lors de la campagne pour les élections communales d'octobre 2018.

Si ce n'est pas la première fois qu'un élu belge se fait épingler à ce sujet, puisqu'un bourgmestre flamand avait déjà écopé en mai dernier d'une amende de 2000 euros pour une pratique similaire, c'est la première fois en Wallonie. Ce sont aussi les premiers cas depuis l'instauration en 2016 du RGPD.

Ce sont des membres de Défi, dans l'opposition à Pepinster, qui avaient signalé un courrier qu'ils avaient reçu de la part du bourgmestre dans lequel celui-ci demandait un soutien des citoyens. Il justifiait l'envoi car "j’ai eu l’occasion de vous rencontrer lors d’un rendez-vous citoyen ou de recevoir un courrier de votre part dans lequel vous avez pu m’exposer les questions, les attentes ou les problèmes que vous rencontrez". Le tout avec du papier libellé sous en-tête de la commune. "Il s’exprimait donc au nom de la commune et avec des adresses et numéros de téléphone de contact relevant de l’autorité communale", dénonce Défi. 

Une faute pour le bourgmestre donc, qui se voit condamner à l'amende de 5000 euros, car la Chambre contentieuse de l'Autorité de protection des données a estimé que le bourgmestre, reconduit dans ses fonctions d'ailleurs, avait agi de manière délibérée. 

Un conseiller communal Ecolo et échevin sortant de la même commune, Vincent Pirronet, a lui aussi été condamné à 5000 euros d'amende pour avoir eu recours à son fichier de clients, en tant que vétérinaire, à des mêmes fins électorales. On ne plaisante pas avec la protection des données personnelles.