Ce 16 novembre, Michel Daerden aurait eu 70 ans...  

Ils étaient nombreux ce samedi matin au cimetière d'Alleur pour assister à la cérémonie organisée pour le 70e anniversaire de feu Michel Daerden. Ce 16 novembre, l'ancien ministre et bourgmestre d'Ans, décédé en 2012, aurait eu 70 ans. Parmi l'assistance, il y avait, outre des représentants de la commune d'Ans, des citoyens qui appréciaient l'homme qu'il était, des "camarades" ainsi que diverses personnalités politiques, pas uniquement étiquetées PS d'ailleurs... On y a ainsi notamment vu le ministre-président du gouvernement wallon Elio Di Rupo, le ministre-président du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet qui, avec la ministre Caroline Désir, se sont sans doute déplacés par sympathie envers le fils Daerden (Frédéric), leur collègue ministre à la Fédération Wallonie-Bruxelles. On y a également aperçu la ministre wallonne Christie Morreale, le président du Parlement wallon Jean-Claude Marcourt, les députés fédéraux Sophie Thémont et André Flahaut, la députée wallonne Sabine Roberty, la députée provinciale Muriel Brodure ou encore divers bourgmestres de la région liégeoise comme Thibaut Smolders (Awans) ou Marc Bolland (Blegny).

 
Sans oublier Paul Magnette, président du PS, qui a fait le déplacement jusque Alleur malgré sa mission d'information royale en vue de la formation d'un gouvernement fédéral. C'est d'ailleurs avec beaucoup de sympathie et d'humour qu'il a raconté quelques-uns de ses souvenirs avec Michel Daerden. Il a ainsi évoqué le premier conclave budgétaire. " La situation était déjà très compliquée. Michel nous a dit de ne pas nous inquiéter, qu'il allait aller dîner avec André, qu'ils règleraient ça ensemble et qu'ils seraient de retour à 14 h. De retour vers 17 h 30..., Michel a expliqué le grand accord qu'ils avaient trouvé ensemble et à 17 h 45, le conclave budgétaire était réglé", s'est souvenu Paul Magnette en riant. Ou comment Michel Daerden, plus tard au gouvernement fédéral face à Yves Leterme, a réussi à faire passer un point sur les pensions alors que c'était loin d'être gagné d'avance... Selon Paul Magnette, il lui a suffi de prononcer " ça a l'air compliqué mais en fait, c'est simple" pour obtenir l'attention de l'assemblée... et l'approbation de son point... Ou encore ce jour de match au Standard, alors devenu à nouveau papa, 45 minutes se sont écoulées depuis le moment où ils avaient quitté la voiture et leur arrivée au stade tellement les gens l'interpellaient pour le saluer, le féliciter... On se souvient, en effet, de l'énorme popularité dont jouissait Michel Daerden...
" C'était un acharné de travail, il était méticuleux dans ce qu'il entreprenait. J'ai plein de souvenirs heureux et festifs avec Michel car il aimait aussi passer de bons moments avec les gens avec lesquels il travaillait. C'était un homme de conviction, de loyauté. Pour toutes ces raisons, il nous manque beaucoup", a confié Paul Magnette.