Jean, 65 ans, un habitant de Ans a bénéficié d’une peine de probation autonome après avoir été reconnu coupable de s’être, à plusieurs reprises, rendu coupable d’avoir publiquement outragé les moeurs par des actions qui blessent la pudeur. En réalité, le sexagénaire a la fâcheuse habitude de se masturber alors qu'il se trouve face à la fenêtre de son domicile situé au rez-de-chaussée et qui donne directement sur une place fréquenté… 

Le 14 novembre 2020, une dame était assise sur un muret situé sur la place devant le domicile de Jean lorsqu’elle a remarqué la présence d’un homme qui se trouvait dans une habitation. Ce dernier a parlé avec un passant, s'est reculé, a sorti son sexe et s’est masturbé en la regardant. La plaignante a donné une description du suspect. Les policiers se sont rendus au domicile de Jean qui habite à l’endroit. Entendu, le suspect a expliqué qu’il se promenait souvent en boxer chez lui et qu’il est possible que les passants le voient par la fenêtre ou la porte du hall d’entrée laissée ouverte car il se trouve au rez-de-chaussée.

Il a expliqué qu’il ne s’était pas masturbé, mais qu’il avait pu, machinalement, mettre sa main dans son boxer… 

Le 4 mars 2021, une autre dame a appelé la police parce qu’elle venait de constater que le sexagénaire qui était nu, se masturbait à la fenêtre alors qu’elle se trouvait sur place avec deux mineurs d’âge. Elle a également précisé qu’à cette heure, il y avait beaucoup d’enfants qui se trouvaient à l'endroit après être sortis de l’école. Lorsque les policiers sont arrivés au domicile du suspect, ils l’ont aperçu à sa fenêtre, vêtu d’un t-shirt jaune. 

A la vue des inspecteurs, Jean a disparu de la fenêtre et n’a ouvert la porte que plusieurs longues minutes plus tard. Il était vêtu d’un t-shirt et d'un boxer qui présentait une tâche d’humidité au niveau du sexe. Jean a donné des explications peu claires et a nié s’être masturbé. Devant la juge, l’homme a eu une explication un peu tirée par les cheveux. “Depuis 2014, la mécanique n’est plus vaillante”, a déclaré le prévenu. “Je ne me masturbe pas. Il m’arrive de me promener en boxer ou nu, mais avec les rideaux fermés.” Selon l’expert, l’homme n’est pas exhibitionniste, mais plutôt un provocateur. Le tribunal a estimé les faits établis. Pour la juge, Jean ne pouvait ignorer qu’il allait être vu et blesserait la pudeur des personnes qui l'avaient vu.