Le collège communal a refusé le permis, jugeant le projet inapproprié.

En janvier dernier, l’administration communale d’Ans a organisé une réunion d’information à la suite du dépôt d’une demande de permis en vue de construire des logements rue Walthère Jamar, en bordure du parc Herman, sur une parcelle privée. Il était question d’un ensemble de 40 appartements et d’un parking couvert de 45 places (dont 8 pour PMR).

De nombreux riverains ont assisté à cette réunion pour exprimer tout le "bien" qu’ils pensaient de ce projet. Disproportionné, lieux dénaturés, faune et flore perturbées, augmentation du trafic… sont quelques exemples parmi les craintes avancées.

Pour les autorités communales, il convenait de clarifier les choses concernant cette parcelle qui, bien qu’elle soit manifestement appréciée des riverains pour son caractère boisé, reste une propriété privée, et non communale, qui n’est donc pas liée au parc Herman. Une propriété privée qui plus est située en zone d’habitat au plan de secteur !

Du côté de la commune, à partir du moment où une demande de permis est déposée, elle a l’obligation d’activer la procédure qui s’y rapporte. C’est ainsi que le collège communal a été amené à se positionner dans ce dossier. Et c’est un refus d’accorder le permis qui a été prononcé !

Le collège a, en effet, considéré que certains arguments défendus par des riverains sont tout à fait valables.

"Trois grandes raisons ont motivé ce refus", indique Grégory Philippin, bourgmestre d’Ans. "Le projet est volumineux vis-à-vis des lieux, les problèmes de mobilité existants pourraient être aggravés et le parking n’est pas prévu en suffisance".

De plus, le collège estime qu’une distance minimum de 20 m vis-à-vis des limites mitoyennes est davantage de nature à protéger la vie privée des riverains.

Reste au promoteur à introduire un recours ou à modifier son projet en vue d’une nouvelle demande.