Le parquet général a requis mardi devant la cour d'appel de Liège une peine de 20 mois de prison contre un Liégeois âgé de 60 ans poursuivi pour avoir commis une tentative de viol et un attentat à la pudeur sur une joggeuse. Réputé dans le milieu du jogging, cet aide-soignant aurait profité de la situation de vulnérabilité de la victime en l'invitant chez lui à la veille d'une course. Les faits s'étaient déroulés le 4 mars 2017 à Jupille. Aide-soignant dans un hôpital de la région de Liège, le prévenu y avait fait la connaissance d'une femme qui affichait la moitié de son âge et qui était atteinte de mucoviscidose.

Le prévenu avait sympathisé avec elle sur Facebook, en constatant qu'il partageait la même passion pour le jogging. Le prévenu, réputé dans le milieu de la course à pied, avait invité la femme à participer au jogging de Banneux et à dormir chez lui la veille de la course.

Devant la cour, le prévenu a reconnu avoir posé des caresses sur la jeune femme mais il a soutenu qu'il avait cessé ses gestes lorsqu'elle avait manifesté son refus. Il conteste avoir débuté ces caresses contre le consentement de la victime.

La dame avait été secourue après avoir détaillé sur "Messenger" la situation dans laquelle elle s'était retrouvée. Son message évoquait une séquestration et un danger immédiat. Localisée par des policiers grâce à son GSM, elle avait été retrouvée en état de choc dans l'habitation.

Le parquet général a évoqué une précédente condamnation pour des faits du même type et a requis une peine de 20 mois de prison.

L'avocat du prévenu, Me Dubois, a évoqué une théâtralisation et une dramatisation des faits par la victime. Il a épinglé des variations dans les versions évoquées par la victime et a plaidé l'acquittement au bénéfice du doute.

L'arrêt sera prononcé le 23 mars.