Un Liégeois âgé de 33 ans a comparu mardi devant la cour d'appel de Liège pour répondre de faits de coups et blessures volontaires. Déjà condamné pour de tels faits, le prévenu avait tenté d'étrangler son ex-compagne après une rupture. Les faits reprochés au prévenu s'étaient déroulés en 2018 dans le contexte d'une séparation mal vécue. L'homme s'était rendu chez son ex-compagne et s'était placé à califourchon sur elle dans le but de l'étrangler. Il avait ensuite porté un coup de tête à la sœur de la victime qui tentait de lui porter secours.

En l'absence du prévenu, le tribunal correctionnel de Liège l'avait condamné pour ces faits à une peine de 4 mois de prison avec sursis. Mais devant la cour d'appel de Liège, le parquet général a sollicité l'aggravation de cette peine et a insisté sur le comportement récidiviste du prévenu.

Cet homme avait déjà été condamné en 2006 pour des faits de harcèlement et de coups à l'égard d'une ex-compagne, dans le cadre d'une rupture mal supportée. "Il supporte mal la frustration et ses antécédents sont extrêmement graves car ils ont été commis dans un contexte identique. La peine qui a été prononcée contre lui est trop anecdotique", a regretté l'avocat général.

Le ministère public a sollicité une peine de prison plus lourde et qui serait dissuasive. La défense du prévenu a sollicité une peine de probation autonome, une peine de travail ou un sursis.

L'arrêt sera prononcé le 9 janvier.