Les enquêteurs ont poursuivi mardi après-midi leurs exposés au procès de H.D., accusé d'avoir commis le meurtre de Galaad Titeux. Parmi les différentes techniques utilisées lors de l'enquête, l'utilisation des images issues de caméras de surveillance ont permis de localiser l'intéressé la nuit des faits et de déterminer qu'il avait bien accompagné la victime sur le site où elle a effectué une chute mortelle. Galaad Titeux, un Liégeois âgé de 18 ans, avait été poussé du toit d'un immeuble de 27 mètres de haut. Les faits s'étaient déroulés la nuit du 5 juillet 2017 sur le site désaffecté de l'ancienne dentisterie de l'hôpital de Bavière à Liège.

Les enquêteurs ont présenté l'ensemble des devoirs réalisés pour expliquer les circonstances du décès de la victime et l'implication de H.D.

Des devoirs d'enquête ont ainsi été réalisés sur le matériel informatique de Galaad Titeux. L'analyse de son compte Facebook a démontré que ce dernier et l'accusé sont devenus amis sur le réseau social le 5 juillet 2017 à 08h46, soit plus de deux heures après le décès de la victime. C'est H.D. qui avait accepté à cet instant l'invitation de Galaad Titeux.

L'analyse informatique a également démontré que l'accusé avait pris contact, par Messenger, avec la mère de Galaad Titeux quelques temps après son décès. H.D. lui a appris que son fils avait des activités de vendeur de drogue et lui a réclamé avec insistance le paiement d'une dette de 100 euros.

Au cours de l'enquête, la mère de la victime avait expliqué qu'elle élevait son enfant seule. Galaad Titeux, ceinture noire de karaté, était un élève assidu et un enfant qui délogeait rarement. Sa mère lui faisait entièrement confiance et il lui occasionnait peu de soucis.

L'enquête a été facilitée par la récolte d'images issues des caméras de surveillance répartie sur le territoire de la ville de Liège. Ces images ont été projetées à l'audience.

H.D. et Galaad Titeux ont été localisés dans le quartier du "Carré" dès les premières heures de la nuit. Leurs déplacements ont été répertoriés jusque l'immeuble situé sur le site de Bavière. Ils y sont arrivés vers 05h08. Galaad Titeux a réalisé une captation vidéo de l'endroit, diffusée sur Snapshat à 05h28. Puis, il a posté sur les réseaux sociaux une vue de Liège prise depuis le toit de l'immeuble. Sa chute, établie grâce à sa montre brisée, est enregistrée à 06h36. Les caméras de surveillance montrent ensuite un passage de l'accusé à 06h57 dans une rue alors qu'il venait de quitter le site de Bavière.

Des auditions vidéo-filmées de H.D. ont été réalisées lors de ses interrogatoires. Cette technique a été utilisée en raison de la personnalité problématique de l'accusé et de son passé judiciaire, même s'il n'était encore âgé que de 16 ans. Ces auditions ont démontré que le récit qu'il a proposé aux enquêteurs ne correspond pas aux images des caméras de surveillance et aux éléments du dossier.

Placé devant ses propres contradictions, H.D. s'est alors montré grossier et vulgaire lors de ses interrogatoires. Il est également apparu extrêmement nerveux face aux enquêteurs.

Les enquêteurs poursuivront mercredi la présentation de leurs différents exposés sur les faits.