Liège

Un membre de la famille n’a pu réprimer sa douleur à la vue des corps martyrisés des petits garçons

Ce mardi matin, les débats ont repris à la cour d’assises de Liège par un incident d’audience. En effet, un membre de la famille n’a pu supporter de voir des photographies des corps mutilés de Jules, 6 ans et Timothé, 4 ans, tués par Eddy Michel, leur père. 

L’audience a repris par l'audition de l’expert toxicologique qui a confirmé que Eddy Michel avait bu le jour de faits. Les débats se sont poursuivis par l’audition des enquêteurs. Ils ont retracé le déroulement des faits à partir du drame. Ils ont expliqué qu’Eddy Michel avait été interpellé à 9 h 18 le 30 septembre 2017 après avoir donné la mort à ses enfants avant de prendre la fuite. Les faits ont duré environ 17 minutes.

Les enquêteurs ont expliqué que c’est le papa de Eddy Michel qui avait appelé les secours. Lors de l’appel, on entendait les cris de la maman. 

Lorsque les secours sont arrivés, il n’y avait plus rien à faire pour les victimes. Les enfants étaient exsangues. 

La maman des enfants et les grands-parents étaient en état de choc et ont dû être emmenés à l’hôpital. Les policiers ont diffusé des images de l’état d'Eddy Michel lors de son arrestation. 

Sa chemise était maculée de sang. Il présentait une entaille à chaque poignet. 

Les policiers du laboratoire de la police ont ensuite diffusé des images des lieux du crime. Les images étaient particulièrement difficile à soutenir.

Il y avait déjà des traces de sang au rez-de-chaussée et dans l’escalier de la maison. Dès l’arrivée dans la chambre de Timothé, les enquêteurs ont constaté la présence d’une énorme trace de sang qui avait coulé le long du lit. 

Les enquêteurs ont montré une photographie du couteau de cuisine muni d'une grande lame qui a été utilisé par Eddy Michel pour s’en prendre à l’enfant. Le t-shirt et le gilet de Timothé étaient coincés dans la lame de la disqueuse. Les vêtements étaient entièrement maculés de sang. Le corps sans vie du petit garçon portait une entaille profonde au cou avec une trace de brulure noire. Dans la chambre, les enquêteurs ont découvert des traces de pas dans la marre de sang. 

Il y avait également des traces de pas ensanglantés qui se dirigeaient à l’étage vers la chambre de Jules. Sur place, les policiers ont découvert une autre vision d’horreur. Il y avait des projections de sang partout dans la chambre du petit garçon et une énorme flaque de sang au sol. 

Lorsqu'il est monté dans la chambre des enfants, Eddy Michel avait emporté trois couteaux de cuisine avec des lames de 12, 16 et 21 centimètres ! Les images du corps de Jules étaient également très difficiles à supporter. Il portait de nombreuses traces de coups de couteau au cou et au coeur. 

A la diffusion des images du corps mutilé de Jules, un homme qui se trouvait dans la salle d’audience n’a pu réprimer des cris de douleur et de colère. Il s’est adressé à l’accusé en criant. Il a dû être sorti de la salle d’audience. 

Les enquêteurs ont aussi évoqué des lettres de reproches, mais aussi d'adieu que Eddy Michel avaient écrites et une lettre d'enfant dans laquelle le petit garçon écrivait : "Je t'aime beaucoup papa."

Lors de son audition à la police, Eddy Michel a admis que les enfants pleuraient et avaient peur lors des faits. Il a aussi avoué qu’il s’était dit qu’il fallait qu’il tue rapidement Jules après voir tué Timothé. 

Ce dernier ce serait légèrement débattu. Les enquêteurs ont expliqué que la maman, qui n'a jamais quitté le quartier après la dispute, ne croyait pas à la mort de ses enfants quand le médecin lui a annoncé le drame. Elle a déclaré à propos d’Eddy Michel qu’il avait "les yeux noirs alors que d’habitude, ses yeux sont bleus." 

La maman a aussi expliqué qu’elle aurait voulu dire au revoir aux enfants et elle n’a pas pu le faire.

Cet après-midi, Madeleine Bosly, la maman des enfants témoignera.