Les premiers devoirs réalisés lors de l'enquête ont été exposés mardi matin par le juge d'instruction devant la cour d'assises de Liège au procès de H.D. (16 ans au moment des faits), accusé du meurtre de Galaad Titeux. Plusieurs hypothèses avaient été envisagées pour expliquer la chute mortelle mais celle du suicide a pu être écartée. Galaad Titeux, un Liégeois âgé de 18 ans, avait été poussé du toit d'un immeuble de 27 mètres de haut. Les faits s'étaient déroulés la nuit du 5 juillet 2017 sur le site désaffecté de l'ancienne dentisterie de l'hôpital de Bavière à Liège. H.D., l'accusé, était âgé de 16 ans au moment des faits.

La disparition inquiétante de Galaad Titeux avait été signalée par sa mère, inquiète parce qu'elle n'avait plus de nouvelles de son fils et parce qu'elle avait pris connaissance de la survenance d'un décès suspect sur l'ancien site de l'hôpital de Bavière. Le juge d'instruction du dossier a détaillé les liens établis entre différentes informations en début d'enquête et qui ont permis d'identifier H.D. comme principal suspect.

Les témoignages deux SDF, des squatteurs qui se trouvaient sur le site désaffecté, ont permis d'établir la piste principale. Ils avaient assisté, le matin du 5 juillet 2017, à l'arrivée sur le toit de l'immeuble de deux jeunes et à leur discussion. Puis, ils avaient constaté que l'un d'eux était écrasé au sol.

La collecte d'images issues de caméras de surveillance de la ville de Liège a porté ses fruits. H.D. a été identifié sur ces images en présence de Galaad Titeux. Des détails issus des déclarations des SDF se sont vérifiés. Un peu plus tard dans l'enquête, un autre témoin a révélé que H.D. avait exhibé, au lendemain des faits, un article de presse évoquant la chute mortelle de Galaad Titeux. "J'ai tué ce bâtard", avait-il alors avoué.

Selon le juge d'instruction, plusieurs éléments, dont son comportement de fuite qui ne correspond pas à un accident, ont démontré que H.D. n'était pas étranger à la chute mortelle de Galaad Titeux. Lors de la chute, la montre de la victime s'est brisée. Elle a "fixé" l'heure à 06h36. Cette donnée correspond aux déclarations des différents SDF présents sur les lieux des faits. Quelques minutes après, H.D. avait subi une fouille de la part de policiers qui l'avaient vu uriner sur un mur. Il était porteur d'une somme de 1.100 euros et affirmait que ce montant provenait de la rémunération d'un travail dans le commerce de son père. Cette information n'a pas été confirmée par ce dernier.

Lors de l'enquête, un expert a été chargé d'analyser la dynamique de la chute mortelle de Galaad Titeux. L'endroit où a été retrouvé le corps démontre qu'une prise d'élan ou une poussée a précédé la chute. Les hypothèses du suicide, d'une chute accidentelle avec rebond sur un élément ou d'une poussée volontaire ont été examinées. Mais la thèse du suicide a été vite écartée car elle ne correspondait pas à la personnalité de Galaad Titeux. La victime était un garçon jovial qui avait des perspectives d'avenir importantes. Il était très attaché à sa mère et ne lui avait laissé aucun message d'adieu.