Malgré un passage en thérapie de couple, Eddy Michel a déclaré qu’il n’avait pas vu venir la séparation

Ce lundi matin, la cour d’assises de Liège a entamé l’interrogatoire d’Eddy Michel, l’accusé. Ce dernier, s'est montré plusieurs fois irrité par les questions de la cour, il a toutefois répondu. 

L’homme n’a jamais eu de permis de conduire, il était assez dépendant des autres. Il devait repasser son permis peu avant les faits. Il a beaucoup doublé lors de ses études. Il a notamment fait ses études d’éducation physique en six ans au lieu de trois ans. "J’ai mis 6 ans au lieu de trois parce que je préférais trainer plutôt que d’aller au cours. J’étais fainéant."

C’est la mère de ses enfants, Madeleine qui lui a écrit son travail de fin d’études. Il a ensuite été prof de gym et naître-nageur avant de devenir professeur d’éducation physique en 2009 dans l’enseignement spécialisé. Selon Eddy Michel, il n’a vu aucun signaux évocateurs à la séparation." Je pensais qu’elle ne me quitterait jamais. J’ai été surpris qu’elle me quitte."

Le président a évoqué les messages envoyés par sa compagne Madeleine à sa famille. "J’ai été étonné de voir les messages et de voir qu’elle en parle à tout le monde sauf moi. Elle dramatisait des situations. Quand j’ai vu les messages à ses amis et sa famille, je suis complètement tombé des nues. Je pense que l’on aurait pu éviter une séparation si elle en avait parlé."

L’homme n’a pas compris que la situation était grave alors même que sa compagne lui a demandé de se rendre à une thérapie de couple. "Je n’y suis allé qu’une fois." 

Eddy Michel est décrit par les témoins comme quelqu’un d’aigri et de rigide, notamment concernant l’éducation des enfants. "Il y a des mensonges, des choses qui sont sorties de leur contexte. Oui je reconnais que j’étais fort strict et rigide. Je voulais qu’ils aient le meilleur. Je voulais le mieux pour eux. Maintenant je sais que si mes enfants ne vont pas dormir tôt, ils vont se faire engueuler par tout le monde."

 Le président a ensuite évoqué le fait que les parents de Eddy Michel reprochaient à la compagne de celui-ci d’avoir un langage fleuri. "Mais vous n’étiez pas en reste", a fait remarquer le magistrat. "Je ne l’ai insultée que deux fois", une affirmation démentie par les éléments de l’enquête. 

 La cour est revenue sur le fait que l’homme n’acceptait pas que son ex-compagne aie eu une brève relation plusieurs mois après leur rupture alors que lui en avait entamée une avec une collègue dès l’annonce de la rupture. 

 L’accusé a démenti toute tentative ou viol sur son ex-compagne. "Elle a exagéré les choses, j’ai juste tenté de lui donner un bisou." La cour entendra l’accusé sur les faits cet après-midi.

Eddy Michel a rencontré une psychologue à la suite des conseils de son entourage. Chez cette thérapeute, il a déclaré qu'il voulait tuer sa femme et ses enfants. La psychologue n'a pas pris ces déclarations au sérieux. "Je le disais comme ça", a déclaré Eddy Michel. "Force est de constater que c'est ce qu'il s'est passé", a répondu Philippe Gorlé, le président de la cour d'assises.