Le substitut Fabienne Bernard a requis mardi matin devant la cour d'assises de Liège la culpabilité des trois accusés pour avoir commis l'assassinat de Sébastien Boissart. Selon l'accusation, Catherine Goemans est bien le commanditaire de l'assassinat commis par Sébastien Goemans et Fabian Dervin. Le ministère public a insisté sur la violence des faits infligés à Sébastien Boissart la nuit du 22 au 23 décembre 2017. Les coups qui lui ont été portés étaient extrêmement violents et ont occasionné une destruction d'une partie du cerveau, avec projection de matière cérébrale sur le lieu des faits. Selon le substitut Bernard, l'origine de cette scène se trouve dans le comportement de Catherine Goemans.

Le substitut Bernard a affirmé que Catherine Goemans était le commanditaire de la mort de Sébastien Boissart. Elle avait réclamé à son frère et à Fabian Dervin de le tuer. Par le passé, elle avait déjà démontré qu'elle était capable de formuler ce genre de demande. "Catherine Goemans a présenté Sébastien Boissart comme un homme dangereux qui avait tué son meilleur ami quelques années auparavant. Le soir des faits, dans une conversation téléphonique qui a duré 15 minutes, elle a avancé un nouvel argument pour mieux les convaincre de passer à l'acte. C'est là qu'elle a évoqué un vol de bijoux (offerts par le père décédé de ses enfants) commis par Sébastien Boissart", a souligné Mme Bernard.

Selon l'accusation, le tournant du procès est survenu lorsque Catherine Goemans a changé sa version et a admis que, dans une conversation téléphonique, elle avait évoqué Sébastien Boissart de manière très défavorable. "En disant cela, elle a admis que son frère était au courant qu'elle reprochait quelque chose à Sébastien Boissart", a indiqué le parquet général.

Le substitut Bernard estime que Catherine Goemans a trouvé les bons arguments pour inciter son frère à commettre les faits. "Sébastien Goemans, qui intervient constamment pour protéger sa sœur, a toujours dit qu'il n'avait qu'un seul beau-frère. C'est le mari décédé de Catherine Goemans. Quand elle a inventé une histoire de bijoux offerts par son défunt mari et volés par Sébastien Boissart, elle a appuyé sur le bon bouton et elle a fait décoller son frère comme une fusée!", a analysé Mme Bernard.

Sébastien Goemans et Fabian Dervin ont alors convaincu Sébastien Boissart de les suivre, en lui faisant croire qu'ils allaient commettre des vols. "Ils ont décidé de s'en prendre à lui et l'ont emmené sur le terrain vague qu'ils connaissaient. Quand Sébastien Boissart a été tué, Sébastien Goemans frappait. Fabian Dervin tenait le téléphone et Catherine Goemans assistait téléphoniquement à la mise à mort qu'elle a voulue et obtenue", a soutenu le substitut Bernard.

Dans son réquisitoire, le ministère public a également réclamé aux jurés de déclarer Sébastien Goemans et Fabian Dervin coupables d'avoir commis l'incendie volontaire le 5 janvier 2018 de la maison dont Goemans était le dernier locataire. Selon l'accusation, Fabian Dervin était bien présent sur le lieu des faits lorsque Sébastien Goemans a mis le feu.