Selon une experte en toxicologie, Sébastien Boissart, assassiné en 2017, avait consommé de l'alcool et des stupéfiants avant d'être tué. Sa consommation était cependant modérée. 

Sébastien Goemans (35 ans), sa sœur Catherine Goemans (44 ans) et le dernier compagnon de celle-ci, Fabian Dervin (29 ans) sont accusés devant la cour d'assises de Liège d'avoir assassiné Sébastien Boissart dans la nuit du 22 au 23 décembre 2017. La toxicologue Corinne Charlier a exposé lundi matin, à la cour d'assises de Liège, les résultats des analyses des prélèvements effectués sur le cadavre de la victime. Le corps de Sébastien Boissart était très abîmé, il présentait de nombreuses traces de coups occasionnés à l'aide d'un pied de biche et avait été incendié. Selon l'experte, la victime présentait une alcoolémie située entre 0,29 grammes par litre de sang et 1,38 grammes par litre de sang. L'experte en toxicologie a déterminé que Sébastien Boissart était sous influence d'une alcoolémie modérée.

Les analyses ont également démontré que la victime avait consommé un médicament antidépresseur à une concentration thérapeutique. Sébastien Boissart avait aussi consommé du cannabis et de la cocaïne dans un délai de 12 heures avant son décès.

L'expert en ADN Angelo Abati a présenté les résultats des différentes analyses de prélèvements opérés sur les vêtements de la victime, sur le pied de biche utilisé par la tuer et sur le véhicule utilisé la nuit des faits, appartenant au frère jumeau de Sébastien Goemans. Les ADN de deux suspects ont été identifiés sur certains de ces prélèvements mais ils n'apparaissent pas sur la majorité d'entre eux. Les résultats de ces expertises livrent peu d'explications mais, selon l'expert, il existe de bons et de mauvais donneurs d'ADN.

Une psychologue a également été entendue par la cour pour évaluer la crédibilité du témoignage d'un des enfants de Catherine Goemans. Selon cette experte, l'adolescent est crédible dans ses affirmations mais cette crédibilité est à relativiser en raison de la loyauté dont il fait preuve par rapport à sa mère. Il semblait, lorsqu'il avait été entendu par les enquêteurs, connaître beaucoup d'éléments concernant les faits car il en avait beaucoup parlé avec sa mère. L'adolescent avait notamment précisé que c'était Fabian Dervin qui avait tué Sébastien Boissart dans un geste de jalousie envers Catherine Goemans.

Les jurés ont également pu entendre le témoignage de l'homme qui a découvert le cadavre de la victime le 23 décembre 2017. Le corps de Sébastien Boissart était au sol à moitié calciné et couvert de sang. Le témoin a précisé que, la nuit des faits, il avait dormi dans sa voiture. Cette nuit-là, il avait aperçu trois personnes à proximité des lieux des faits. Elles semblaient être des amis sous influence d'alcool et qui rigolaient entre elles.

L'un des médecins des services d'urgence intervenus sur les lieux des faits a confirmé que le décès de la victime a été directement constaté. Sébastien Boissart présentait un important fracas crânien.

Les auditions des médecins légistes, initialement prévues lundi matin, ont été reportées à mardi matin.