L'avocat général Pascale Schils a également requis une mise à disposition du TAP


Ce vendredi matin, la cour d’assises de Liège a repris par le réquisitoire de l’avocate générale Pascale Schils. Le ministère public a qui a requis une peine de réclusion criminelle à perpétuité ainsi qu'une mise à disposition du Tribunal d’Application des Peines de 15 ans à l’encontre de Stéphane Médot, 40 ans. Le ministère public a réclamé 30 ans de prison contre Sabrina Joannes, 42 ans. 

 Les accusés ont été reconnus coupables de vol avec violence avec circonstance aggravante de meurtre sur Chantal Humblet, 53 ans. Des faits commis à Lens-Saint-Rémy le 31 mai 2016. Pour rappel, Chantal Humblet, une pédicure, a été étouffée et étranglée par Stéphane Médot qui s’était fait passer pour un négociant en vin italien. Dans son réquisitoire, Pascale Schils a souligné que Stéphane Médot et Sabrina Joannes connaissaient bien le système judiciaire et carcéral. 

Elle a rappelé que Stéphane Médot avait déjà purgé 10 ans de prison tandis que Sabrina Joannes était agent pénitentiaire. "C'est en pleine connaissance de cause qu'ils se sont associés pour agresser une femme seule pour le mobile le plus méprisable qui soit: la cupidité", a-t-elle déclaré. Pascale Schils a rappelé que Stéphane Médot se trouvait en liberté conditionnelle lorsqu’il a commis les faits. Elle a rappelé les antécédents de violence de l’intéressé. "Il a encore trouvé des gens qui ont cru en lui », a rappelé l’avocate générale. " Il a gâché toutes les chances qui lui ont été données ». 

Elle ne lui a accordé aucune circonstances atténuantes et a requis la réclusion criminelle à perpétuité et une mise à disposition du tribunal de l'application des peines de 15 ans. L’avocate générale a qualifié l’accusée Sabrina Joannes de « menteuse » et de « manipulatrice utilitaire. » Elle a souligné que l’accusée avait « fait peser de fausses accusations contre les pères de ses enfants pour les éloigner. » Elle a estimé que : « Le procès pourrait avoir un seul effet bénéfique: celui, pour ses filles, de renouer avec leurs pères qui sont des hommes biens. » Elle a requis une peine de 30 ans de prison pour Sabrina Joannes.