Vincent Simonon reconnu coupable de vol avec circonstance aggravante de meurtre

LIèGE 11/06 (BELGA)

Après trois heures de délibérations, les jurés de la cour d'assises de Liège ont reconnu vendredi Vincent Simonon, un Verviétois âgé de 36 ans, coupable d'avoir commis un vol avec la circonstance aggravante de meurtre sur Christiane Darimont. L'arrêt sur la peine est attendu en fin d'après-midi. Vincent Simonon était suspecté d'être l'auteur d'un meurtre pour faciliter le vol commis au préjudice de Christiane Darimont à Verviers. La dame, amie et voisine de l'accusé, avait été tuée de plusieurs coups de massette entre le 29 juillet et le 2 août 2017. Son corps, emballé dans une bâche, avait été découvert le 18 août 2017 dans le garage de sa maison.

L'accusé avait toujours contesté avoir tué Christiane Darimont. Il affirmait avoir découvert son corps sans vie et avoir hésité à appeler les secours. Il disait avoir alors décidé de profiter de la situation pour commettre des vols au préjudice de la victime, obtenir un maximum d'argent et assurer la concrétisation d'un voyage aux États-Unis, où il avait finalement été intercepté lors de sa cavale. Vincent Simonon avait laissé entendre, lors de l'enquête, qu'une autre personne avait commis les faits. Il désignait indirectement le fils de la victime.

L'enquête n'avait pas confirmé la thèse présentée par Vincent Simonon. Les éléments du dossier confirmaient sa présence sur le lieu des faits au moment où la victime avait pu être tuée. La présence de son profil ADN, le seul relevé sur le manche de la massette utilisée pour tuer la victime, constituait un des multiples éléments à sa charge.

Le jury a relevé dans la motivation de sa décision que c'est sans doute raisonnable que Vincent Simonon est déclaré coupable des faits. Seul son ADN a été trouvé sur le manche de la massette utilisée pour tuer la victime. C'est grâce au produit de ses vols qu'il avait pu organiser et financer ensuite son voyage aux États-Unis. Le jury a aussi relevé que les dénégations de Vincent Simonon manquaient de crédibilité par rapport aux éléments du dossier.

Les débats sur la peine à infliger à Vincent Simonon débuteront ce vendredi à 14h00.