Les premiers témoins de personnalité de la victime ont été entendus vendredi au procès de H.D., un Liégeois âgé de 20 ans accusé d'avoir commis le meurtre de Galaad Titeux. La victime a été décrite par ses connaissances comme un garçon gentil qui aimait aider les autres. Mais son comportement avait changé quelques semaines avant son décès alors qu'il s'était inséré dans le milieu des stupéfiants. Galaad Titeux, un Liégeois âgé de 18 ans, avait été poussé du toit d'un immeuble de 27 mètres de haut. Les faits s'étaient déroulés la nuit du 5 juillet 2017 sur le site désaffecté de l'ancienne dentisterie de l'hôpital de Bavière à Liège. H.D., l'accusé, était âgé de 16 ans au moment des faits.

La cour a débuté les auditions des témoins des faits ainsi que des témoins de personnalité de Galaad Titeux. Une jeune femme a exposé qu'elle avait été la dernière petite amie de la victime. Leur rupture était intervenue au mois de février mais ils avaient conservé des relations amicales. Cette jeune femme a décrit Galaad Titeux comme un garçon gentil, qui n'aurait pas fait de mal à autrui et qui ne se serait jamais mis en danger. "Il était le genre de personne qui illuminait une pièce par sa présence. Il m'a aidée sans jamais rien demander en retour. Il aimait aider ou offrir à manger à des SDF. C'est une des meilleures personnes que j'aie pu rencontrer", a précisé la jeune femme.

Galaad Titeux avait de bons résultats scolaires. Il entretenait une relation fusionnelle avec sa mère. Quelques semaines avant les faits, son attitude avait changé. Il s'était inséré dans le milieu des stupéfiants. Il n'en parlait pas beaucoup mais il aimait se comporter comme une "racaille", pour impressionner. "Il a voulu incarner un personnage qui n'était pas à sa taille et il a fini par s'y perdre", a regretté son ex-petite amie.

Par un de ses amis, Galaad Titeux a été décrit comme un garçon enthousiaste et gentil. Il aimait jouer avec son GSM. La nuit des faits, il avait d'ailleurs envoyé des images prises du toit de l'immeuble sur les réseaux sociaux. Il aimait aussi fanfaronner et montrer son argent. "Mais il n'était absolument pas suicidaire", a précisé le témoin.

Une connaissance de Galaad Titeux a précisé qu'il le rencontrait dans le cadre de l'achat de quelques grammes de cannabis. A ces occasions, Galaad Titeux lui était apparu comme un garçon vantard et qui pouvait se montrer très expressif sous influence d'alcool ou de stupéfiants. "Il partait en vrille. Il criait plutôt que de parler. Il était volubile et faisait le petit coq. Il aimait exhiber une liasse de billets. La veille des faits, alors qu'il était déjà fortement sous influence, il était encore dans cette situation excessive. Il m'a demandé si je n'avais pas des grenades à lui vendre car il disait qu'il allait braquer un supermarché pour rembourser une dette", a indiqué le témoin.

Un homme qui a connu Galaad Titeux dans le cadre de ses études l'a décrit comme un garçon gentil, de bonne humeur et au bon caractère. "Un jour, il a proposé de me vendre des stupéfiants. Mais j'ai été très surpris. Ce genre d'activité ne cadre pas avec le personnage", a-t-il indiqué.

Un événement anecdotique s'est produit durant cette matinée d'audience. L'un des témoins entendus exerce le métier de technicien au Palais des Congrès de Liège, là où est délocalisé le procès. Il s'agit d'un concours de circonstances. "Ce témoin n'a pas participé à l'organisation technique depuis le début du procès et c'est un pur hasard s'il est appelé à témoigner", a précisé la présidente aux différentes parties.