La cour d'assises de Liège a poursuivi mardi matin les débats au procès d'Henry Generet, un Verviétois âgé de 37 ans accusé d'avoir commis l'assassinat de son ex-compagne Laetitia Depouille. Le médecin légiste a confirmé que la victime avait été frappée de deux coups de couteau, dont un au thorax qui a entraîné son décès. Laetitia Depouille, une Verviétoise âgée de 25 ans, avait été frappée de deux coups de couteau le matin du 12 octobre 2017 dans l'appartement qu'elle occupait à Dison. Elle était l'ex-compagne de l'accusé et était la mère de trois enfants. Henry Generet purgeait une peine de prison mais, le jour des faits, il bénéficiait d'un congé pénitentiaire.

Le médecin légiste qui a réalisé l'autopsie de Laetitia Depouille a confirmé qu'elle avait bien été atteinte de deux coups de couteau dont la lame mesurait 16 centimètres. Le premier coup a été pratiqué par derrière et a été porté à la gorge. Il a causé un égorgement qui n'a toutefois pas touché d'organe vital. Ce coup, que l'accusé confirme avoir porté par derrière, n'a pas entraîné le décès.

Le deuxième coup de couteau porté par Henry Generet a été porté à la face antérieure de l'épaule gauche. Il a occasionné une perforation du thorax et une perforation du lobe supérieur du poumon gauche. Ce coup a aussi occasionné une lésion d'une vertèbre dorsale et une section de l'aorte thoracique. Cette lésion causée au couteau a entraîné une hypovolémie majeure et est à l'origine du décès.

Selon le médecin légiste, la victime est décédée rapidement, dans un espace de temps situé entre une et deux minutes. Les coups de couteau étaient bien volontaires et non accidentels. Contrairement à ce que l'accusé prétend, il ne peut y avoir de "coup réflexe".

Lors de l'enquête, il est aussi apparu qu'un geste de retournement de la victime s'est produit entre le premier et le deuxième coup de couteau. Henry Generet aurait fait pivoter Laetitia Depouille avant de lui porter le second coup de couteau au thorax. L'accusé avait spontanément répété ce geste lors de la reconstitution des faits. Mais il affirme désormais qu'il ne s'en souvient pas.

"Comment avez-vous posé ce geste lors de la reconstitution si vous ne vous en souvenez pas ?", lui a demandé la présidente Jackers. "Je ne sais pas", a répondu l'accusé.

Selon un expert en toxicologie qui a réalisé les analyses des prélèvements réalisés sur la victime, Laetitia Depouille ne présentait pas de trace de consommation de stupéfiants. Les analyses ont démontré une très faible présence de médicament ainsi qu'une alcoolémie de 0,45 grammes par litre de sang. C'est une alcoolémie considérée très basse. "Cette quantité d'alcool peut provoquer une légère euphorie mais elle n'a pas de conséquence sur le comportement", a précisé l'expert.