Henry Generet, un Verviétois âgé de 37 ans, a été condamné vendredi par la cour d'assises de Liège à la peine de réclusion criminelle à perpétuité. Il avait été reconnu coupable d'avoir commis l'assassinat de son ex-compagne Laetitia Depouille. La victime avait été tuée de deux coups de couteau. Laetitia Depouille, une Verviétoise âgée de 25 ans, avait été frappée de deux coups de couteau le matin du 12 octobre 2017 dans l'appartement qu'elle occupait à Dison. Elle était l'ex-compagne de l'accusé et était la mère de trois enfants. Henry Generet purgeait une peine de prison mais, le jour des faits, il avait bénéficié d'un congé pénitentiaire.

Henry Generet et Laetitia Depouille connaissaient une relation sentimentale tumultueuse et parasitée par une jalousie réciproque. Ils s'étaient rencontrés en 2015, alors qu'Henry Generet était en cavale. L'accusé avait connu de longues périodes de détention. Tout en poursuivant sa relation malgré son incarcération, il avait exercé sur Laetitia Depouille une forme de contrôle permanent. Une quinzaine de jours avant les faits, Laetitia Depouille avait rompu le contact avec lui et avait entamé une liaison avec un autre homme.

L'accusé avait formulé des aveux sur le meurtre. Mais ses avocats avaient contesté la préméditation des faits.

Lors de la première délibération portant sur la culpabilité, le jury avait déterminé qu'Henry Generet avait bien commis les faits avec préméditation. Selon le jury, la préméditation des faits résulte de différents éléments tels que le choix de l'arme (un premier couteau remplacé par un autre plus pointu), la longue période durant laquelle il a manipulé le couteau avant de frapper la victime, les déclarations de l'accusé selon lesquelles il a demandé à la victime si elle avait peur.

La préméditation résulte aussi des actes de violence successifs portés à la victime avant la scène fatale, du deuxième coup porté lorsqu'il a constaté que le premier coup n'avait pas causé la mort, du sang-froid dont il a fait preuve après les faits ainsi que des propos tenus après les faits, dans lesquels Henry Generet avait indiqué que Laetitia Depouille resterait à lui pour toujours.

Dans un second réquisitoire portant sur la peine à infliger au coupable, la substitute Christine Pevée avait souligné que les faits commis par Henry Generet représentaient un crime égoïste. Après avoir décrit la personnalité dangereuse de l'accusé et son passé judiciaire, le ministère public avait requis contre lui la peine de réclusion criminelle à perpétuité.

Les avocats de la défense, Me Namur et Me Uerlings, avaient sollicité des circonstances atténuantes pour atténuer cette peine et laisser un espoir de réinsertion à Henry Generet. La défense avait même demandé à ce que la peine ne dépasse pas 25 années de prison.

Après une seconde délibération, le jury et la cour ont condamné Henry Generet à la peine de réclusion criminelle à perpétuité. Aucune circonstance atténuante n'a été retenue en faveur du condamné.