Attentat à Liège : Nordine Amrani, le tireur qui a semé la terreur

LiègeVidéo

Publié le - Mis à jour le

Attentat à Liège : Nordine Amrani, le tireur qui a semé la terreur
© EPA

La camionnette du tireur a été retrouvée sur la place Saint-Lambert


BRUXELLES Nordine Amrani, qui a abattu mardi trois personnes dans le centre de Liège avant de périr lui-même dans des circonstances floues, était un homme de 33 ans bien connu des services de police mais dont le geste reste encore largement inexpliqué.

Né le 15 novembre 1978, l'homme avait fait plusieurs passages en prison et était connu pour des affaires de stupéfiants, de détention d'armes, de recel et pour des affaires de moeurs, selon la procureur du Roi de Liège, Danièle Reynders.

Il avait notamment été condamné en septembre 2008 à 58 mois de prison ferme pour la détention d'un arsenal --9.500 pièces et une dizaine d'armes complètes-- ainsi que pour la culture de 2.800 plants de cannabis dans le cadre d'une association de malfaiteurs, rapporte la presse belge.

Expert en armes, l'homme était capable de démonter, de réparer et de remonter différents modèles, mais il n'était pas connu pour des faits de terrorisme, contrairement à une rumeur qui a couru dans la journée.

Malgré ce lourd passé judiciaire, rien dans le comportement du tireur ne laissait présager son geste. "A aucun moment, dans les procédures judiciaires à son encontre, on n'a relevé un quelconque déséquilibre le concernant", a déclaré la procureur lors d'une conférence de presse.

Seul fait connu: le tireur devait se rendre mardi matin à une audition de la police, pour des faits non précisés. Au lieu de cela, il a quitté son domicile avec son sac à dos et des armes: un fusil automatique léger, un revolver et plusieurs grenades.

Vêtu d'un treillis militaire, il s'est ensuite rendu place Saint-Lambert, dans le centre de Liège, s'est installé sur le toit d'une boulangerie nommée Le Point Chaud, a tiré et ensuite lancé trois grenades, selon le récit de la magistrate.

"Il était seul et semblait très maître de ses actes. Il voulait toucher le plus de gens possible", a relaté un journaliste, témoin de la scène, interrogé par l'AFP.

Le tireur est ensuite mort dans des circonstances encore floues: selon des témoignages, il se serait suicidé en retournant son revolver contre lui, d'autres laissent entendre qu'il aurait été touché par une de ses grenades.
"L'enquête déterminera si c'est un geste volontaire ou si c'est le matériel qu'il avait avec lui qui a provoqué sa mort" sans qu'il ait voulu se tuer, a souligné la procureur.

La camionnette du tireur a été retrouvée sur la place Saint-Lambert.

© La Dernière Heure 2011

Journal    Ce mercredi, dans votre DH, vous trouverez une interview complète de l'avocat de Nordine Amrani

Vos articles régions

Newsletter DH Actu

Notre sélection d'annonces

Fil info