Attentats à Liège: Nordin Amrani, déjà connu de la police en 2007
© DEVOGHEL

Liège

Attentats à Liège: Nordin Amrani, déjà connu de la police en 2007

Jean-Michel Crespin

Publié le - Mis à jour le

2.800 plants de cannabis, des armes de guerre et même des lance-roquettes. Belle prise liégeoise

LIÈGE C'est une dénonciation anonyme qui est à la base de cette magnifique prise opérée, mardi soir, par la brigade judiciaire de la police locale de Liège.

Fin juillet, les enquêteurs sont en effet avertis qu'un certain Nordin Amrani, un soudeur de 28 ans, cultive à l'arrière de son atelier une grosse quantité de plants de cannabis.

Surveillances, écoutes, filatures, les policiers montent rapidement un dossier qui, lundi soir, a abouti à deux perquisitions simultanées, l'une dans le hangar d'Amrani, rue... Bonne Nouvelle, et l'autre au domicile de l'intéressé.

Et là, bingo, les résultats ont dépassé les espérances. En effet, les policiers ont découvert 1.530 plants de cannabis fleuris et 1.293 plants déjà récoltés. Ils ont également mis la main sur des plants déjà séchés.

Mais là où les policiers ont été surpris, c'est lorsqu'ils ont découvert un véritable arsenal comprenant des armes de très haute dangerosité.

Ainsi, les limiers liégeois ont mis la main sur un lance-roquettes Law, heureusement vide. Ils ont également saisi un fusil MP 40 avec viseur laser, un AK 47, un K31 soit une arme pour tireur d'élite, un fusil Fal avec bipied et lunette, sans compter les fusils à pompe, les pistolets-mitrailleurs et les centaines de cartouches. En outre, l'atelier recelait des dizaines de pièces détachées. Il semble également acquis qu'Amrani mettait ses qualités professionnelles en valeur, en confectionnant des silencieux.

Enfin, au domicile de l'intéressé, les policiers ont trouvé une dizaine d'armes.

Interrogé sur la provenance et la destination de tout cet arsenal, Amrani se tait, dans toutes les langues. À toutes fins, toutes ces armes ont été emportées au laboratoire scientifique, histoire de savoir si elles n'ont pas été utilisées dans une affaire criminelle.

Amrani, lui, a été privé de liberté. Mercredi, il a été entendu par la juge d'instruction, Micheline Rusinowski. Il a été placé sous mandat d'arrêt et écroué à Lantin.



© La Dernière Heure 2007

Vos articles régions

Newsletter DH Actu

Notre sélection d'annonces

Fil info