Plusieurs domaines offrent cette possibilité mais il faut des moyens

Avec le projet Spirale ayant permis de reloger 14 familles, sur Aywaille (Nonceveux) et avec la dynamique lancée au domaine du Chant des Oiseaux, la commune d’Aywaille et son bourgmestre empêché, Philippe Dodrimont, ont clairement affiché leur volonté de mener une politique proactive dans la gestion des campings permanents. Il faut dire que la commune, qui compte de nombreux anciens campings touristiques, a frôlé les 600 campeurs permanents. À l’inverse d’Esneux toutefois, plusieurs domaines sont situés hors des zones inondables.

Ce détail a dès lors permis au bourgmestre d’entamer une démarche volontariste, au Chant des Oiseaux donc, où résident encore plus de 200 personnes. Ici, c’est la reconversion du site qui a été privilégiée. Avec un objectif : garantir des conditions de vie décentes. La commune a racheté des petits bouts de parcelles privées, afin de créer des voiries et d’y amener l’eau courante. C’est en cours. Et de transformer la zo- ne de loisirs en zone d’habitat.

Cette solution n’est bien sûr pas envisageable partout; Philippe Dodrimont le sait et distingue clairement deux situations : les campings et les parcs résidentiels. Dans le cas du camping, en zone inondable, le rachat des parcelles par la commune reste la solution privilégiée même s’il dénonce le manque de moyens.

"Le plan HP a montré ses limites", estime le député d’Aywail- le "et il est temps de passer à la vitesse supérieure". Avec des solutions concrètes doit-on comprendre et, surtout, avec des moyens concrets et adaptés à chaque solution. C’est la mission à laquelle il participe…

M. B.