Les travaux relatifs au pôle culturel provincial, à Bavière, débutent mi-avril.

Aucune remarque…, c’est l’étonnant résultat de cette enquête publique qui vient de s’achever, relativement au dossier de pôle culturel prévu sur le site de Bavière.

Non que le dossier n’intéresse personne, bien sûr, mais l’enquête publique, relative au pôle culturel provincial (dites pôle des savoirs), était déjà la deuxième enquête et concernait non pas le permis de bâtir (déjà acquis) mais bien le permis d’environnement. Celui-ci devrait donc être délivré d’ici peu… et les travaux débuteraient déjà mi-avril !

C’était annoncé, ce pôle des savoirs sera donc la première réalisation sur l’ancien site de Bavière. À l’abandon depuis plus de 30 ans déjà - depuis que l’hôpital du même nom a migré vers d’autres cieux, au Sart-Tilman (CHU) et à la Citadelle (CHR) -, le site de Bavière a été convoité par de nombreux promoteurs mais, aujourd’hui, un triple "dossier" est en passe de se concrétiser, réunissant trois acteurs principaux : la Ville de Liège, la Province et la SA Bavière Développement.

Dans ce triptyque, le projet provincial est le plus abouti, ce dernier ayant déjà reçu une promesse de subsides des fonds européens, Feder (de l’ordre de 23,5 millions d’euros) ; le solde, à savoir près de 16 millions, sera assumé par la Province.

Mais un pôle des savoirs… c’est quoi exactement ? L’ensemble, prévu sur 5 niveaux, représente une surface de quelque 15 000 m². Outre le centre des ressources, qui doit remplacer l’ancienne bibliothèque des Chiroux, le pôle accueillera une pépinière d’entreprises mais également un exploratoire des possibles, soit un centre de création pour artistes ; "des artistes de toutes natures", nous précise-t-on à la Province.

La mission principale du pôle tournera autour du thème de l’écriture et du numérique. "Écritures numériques, scéniques, graphiques et visuelles s’ouvriront aux univers du graphisme, de la BD et de la littérature, du théâtre, de la danse, des arts de la scène, de la photographie ou encore du design", expliquait déjà l’an dernier Paul-Émile Mottard, alors en charge de la Culture.

Ce vaste chantier, qui débutera donc mi-avril, devrait durer 900 jours calendrier, soit pour près de 2,5 ans. Inauguration prévue pour 2021, si tout va bien.