Jugé idéalement situé en entrée de la ville de Liège, l’ancien site universitaire du Val Benoît connaît depuis plusieurs années une métamorphose assez remarquable sous l’égide de l’intercommunale Spi.

Laquelle a débuté avec la rénovation du bâtiment du Génie civil, désormais occupé par des activités économiques, et s’est poursuivie par d’autres réalisations. Ainsi donc, la Province s’y est installée et le Forem, déjà présent sur le site en question, y a investi un nouveau bâtiment.

Alors qu’une vie s’y déploie petit à petit, un premier lieu dédié à l’Horeca ayant en outre été ouvert (en attendant un autre pour lequel le marché a été lancé il y a peu), des habitants seront bientôt présents ! Et ce, au travers d’un concept voulu unique de co-living qui a été dénommé Arc.

Derrière ce projet, soit le premier d’une telle ampleur en Belgique logé sur un site occupé dès 1924 par l’Université de Liège et abandonné depuis 2006, on retrouve la société Life. À savoir un promoteur immobilier anversois qui a racheté en 2016 l’ancien Institut de mécanique appartenant quant à lui jusqu’alors à la Ville de Liège.

À ses côtés pour mener ce projet à bien au travers de XL Fund : Xior Student Housing, un investisseur spécialisé dans les résidences pour étudiants, tant en Belgique qu’aux Pays-Bas ou encore en Espagne et au Portugal. On peut aussi évoquer le bureau d’architecture liégeois Artau.

Après plus de deux ans de travaux, interrompus par la Covid-19, le bâtiment qualifié d’"unique et d’historique" par le CEO de Life Toon Haverlats a été rénové de fond en comble. La volonté a été de conserver son architecture moderniste et seuls les deux anciens amphithéâtres ont été démolis.

Domotique

En lieu et place de ces derniers et autour des quatre ailes qui abritent 232 unités de logements réparties sur trois étages, on retrouve un jardin intérieur. Le bâtiment dans son ensemble est voulu efficace d’un point de vue énergétique. C’est ainsi qu’il est équipé de panneaux solaires, d’une ventilation double flux, de pompes à chaleur, etc.

La domotique est également présente puisque chacun de ces lofts dispose d’un système d’"Energy Saver", l’éclairage étant intelligent. Quant à ceux-ci, entre 35 et 65 m2, ils se composent d’un hall d’accueil, d’une cuisine équipée, d’une salle de bains et d’un coin nuit en forme de mezzanine. Les premiers locataires sont attendus début mai, le public cible étant fait de jeunes professionnels mais aussi de personnes en mission dans la région, en transition dans leur vie ou encore des lassés de la solitude.