Une journée de grève est prévue le jeudi 18 juin.

Le personnel de l’administration communale de Braives était réuni en assemblée générale ce mercredi matin.

Et ce au surlendemain d'un conseil communal extraordinaire qui avait été convoqué par l'opposition.

Une fois encore, l'ordre du jour avait trait à la situation problématique au sein de l'administration.

Si les agents communaux espéraient un geste fort, il n’en a rien été si l'on en croit la CSC Services Publics.

"Les agents ont fait le constat que malheureusement, aucune mesure concrète n’a été prise pour sortir de cette situation intenable qu’ils vivent depuis des mois".

C'est ce qu'a expliqué Thierry Gilson, permanent syndical, au sortir de l'AG du personnel, dénonçant par ailleurs "l'absence de réaction des responsables politiques".

"Les agents ont pourtant dénoncé à maintes occasions les intimidations, remarques méprisantes, chantages à l’emploi et pressions morales…", est-il également déploré.

Principalement visés par ces griefs: l’échevin du Personnel et la directrice générale, absents pour cause de maladie, ainsi que le bourgmestre Pol Guillaume (MR) en tête.

"Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !", a souligné le représentant du personnel, évoquant une situation qui dure selon lui depuis plusieurs mois voire années.

A l’unanimité moins une abstention, les agents communaux ont décidé de mener une grève de 24 heures. "Ils réclament clairement le départ du bourgmestre", est-il précisé.

L’administration sera donc à l’arrêt le jeudi 18 juin. A noter qu'une enquête psychosociale a été lancée et qu'une quinzaine de plaintes pour harcèlement ont été déposées.