Comme d’autres villes et communes wallonnes, la Ville de Herstal a présenté son budget pour l’exercice 2022 lors de ce qui était le dernier conseil communal de l’année, ce lundi soir.

Un budget présenté à mi-mandature, et après deux ans de crise sanitaire, avec un boni global de 1,5 million d’euros et pas moins de 30 millions d’investissements pour entamer une relance post-Covid, parmi lesquels 17 millions d’emprunts et 10 millions de subsides.

"Le budget 2022 est un événement charnière puisqu’il préfigure ce que nous allons réaliser dans les trois années à venir", souligne le bourgmestre en titre Frédéric Daerden, qui annonce notamment des investissements dans l’enseignement (l’extension de l’école Jacques Brel ou la construction de la nouvelle école "ordinaire" du Bouxthay), la crèche communale (nouveaux châssis), de nouvelles infrastructures en matière de mobilité, ainsi que l’aménagement d’un parc urbain sur le site des anciennes usines Browning. Le marché des travaux devrait être lancé dès février pour un début des travaux espéré fin 2023.

Maîtrise

À l’ordinaire, la dette reste maîtrisée. "Nous avons mené en interne un travail de plus d’un an pour améliorer les procédures et maîtriser la hausse des dépenses de personnel et de fonctionnement, explique Franco Ianieri, échevin en charge des Finances. Nous avons réussi à atteindre nos objectifs de bonne gestion même si ce travail se déroule en continu et va se poursuivre."

Afin d’améliorer la gestion de ses infrastructures sportives, la Ville va d’ailleurs établir un plan financier pour créer une régie communale sportive en 2022.

À noter qu’aucune augmentation de taxes n’est prévue, "les taux restent inchangés". En raison d’un contexte social difficile, la Ville augmente la dotation du CPAS de plus de 300 000 euros, soit +5,35 % par rapport à 2021. "Après les années de crise que nous venons de traverser, il était important pour nous de renforcer les dépenses sociales pour répondre aux besoins", commente le bourgmestre f.f. Jean-Louis Lefèbvre.

La Ville disposera par ailleurs de moyens accrus grâce au Plan Oxygène du gouvernement wallon. "38 millions d’euros de prêts sans intérêts sont mis à disposition", précise le bourgmestre en titre. Pour en bénéficier, un plan de gestion actualisé devra être voté au conseil communal du 30 juin.