Le week-end dernier, un vol pour le moins inédit a été commis au Mémorial Interallié de Cointe, commémorant la Première Guerre Mondiale : les 114 casques grecs en bronze avaient été volés… soulevant une vague d’indignation en Cité ardente tant la valeur symbolique du monument est grande.

Ce jeudi 21 janvier, les autorités de la Ville de Liège, la Régie des Bâtiments, le Consul Honoraire de Grèce, le Comité de quartier et le président de l’ASBL du Mémorial Interallié se sont concertés lors d’une réunion d’urgence… et ces derniers annoncent que "des solutions à court et moyen termes ont été trouvées afin de sécuriser le Mémorial Interallié de Cointe et de renouveler les pièces volées". La police judiciaire a de son côté ouvert une enquête…

"Ce partenariat public-public permet de réagir rapidement pour renforcer la sécurité du site, mais aussi afin de permettre le déroulement de la cérémonie du 200e anniversaire du début de la guerre d’indépendance grecque, prévu le 25 mars 2021 au pied du monument où se trouvaient les casques grecs volés", indique Laurent Vrijdaghs, administrateur général de la Régie des Bâtiments.

De son côté, le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer insiste sur une réaction nécessaire : "il ne faut pas laisser le dernier mot aux vandales. Il est essentiel que les pouvoirs publics se mobilisent pour restaurer les monuments et lieux sacrés". Dans cette optique, on précise que l’enquête en cours a déjà permis de déterminer que le vol avait eu lieu en plusieurs étapes entre le vendredi 15 janvier et le lundi 18 janvier 2021. Les auditions des témoins ont eu lieu et les vidéos relevées sur les caméras de la Ville de Liège et sur des caméras privées sont à l’analyse. Un appel à témoins a également été lancé par le Parquet.

Quant aux solutions mises en place, la Régie des Bâtiments installera sur le site des caméras qui seront directement connectées au réseau de surveillance de la police locale de Liège, qui pourra ainsi intervenir directement en cas d’effraction.

Reconstitution provisoire

La Ville de Liège, en collaboration avec l’Université de Liège étudie aujourd’hui la possibilité d’une reconstitution provisoire pour la cérémonie du 25 mars prochain, en attendant la reconstitution définitive des casques à l’identique. Parallèlement, un groupe de travail constitué de la Régie des Bâtiments et des services de la Ville de Liège est mis en place afin de prendre des mesures de sécurité supplémentaires et d’améliorer l’entretien du site.

Enfin, on précise qu’un groupe de travail placé sous l’égide de l’échevin des Travaux Roland Léonard, se concentrera sur les aspects de la restauration du monument. "Grâce à l’expertise de notre cellule Art public, nous serons en mesure de proposer le 25 mars une stèle provisoire pour la tenue de la commémoration et nous accompagnerons le projet de restauration définitive du monument", indique l’échevin.

Le financement est pris en charge par la Régie des Bâtiments alors que l’entretien du monument est délégué à la Ville de Liège, notamment dans le cadre de la prochaine cérémonie.