Le tribunal correctionnel de Liège a condamné Frank 42 ans, Kealan, 24 ans, Pierre-Yves 32 ans et Jonathan 37 ans, à des peines allant de la probation autonome à 30 mois de prison probatoire avec sursis pour ce qui excède la durée de la détention préventive pour avoir selon les termes de l’un d’eux "massacré" un homme qu’ils estiment responsable de l’overdose d’une de leurs connaissances. 

 Le 19 mars 2019, Franck a décidé de se rendre au domicile de l’homme à Chaudfontaine. Il s’est rendu sur place accompagné de plusieurs autres hommes. Les protagonistes s’étaient muni d’une arme à feu et d’une bombe flash pour se rendre sur place. Les agresseurs se sont directement montrés violents avec l’habitant des lieux. Ce dernier a reçu une pluie de coups, notamment des coups de crosse au visage ou encore un coup de pied au thorax. Les auteurs ont lancé des objets en direction de l’habitant des lieux. Selon les propres dires des auteurs des faits, l’homme ainsi violenté saignait abondamment après l’agression dont il a été victime. Après cette scène de violence, les agresseurs se sont emparés du GSM de la victime. Ils ont également emporté un ordinateur portable. 

Après avoir commis ces faits, les agresseurs sont partis de chez la victime avec les objets qu’ils avaient dérobés. Ils ont revendu le fruit de leurs larcins pour se fournir en cocaïne. Lorsque la police est intervenue sur place, les inspecteurs ont constaté une importante présence de sang tant sur le sol que sur les murs de l’habitation ! " Il a commencé à me menacer avec un coupe-papier", a déclaré Frank à propos de la victime. "Je l’ai menacé avec une bombe flash qui se trouvait dans ma poche. Il avait l’air de pleurer mais il me regardait dans les yeux. Je ne me suis pas inquiété pour son état car il n’avait pas de blessures ouvertes.

 Frank a écopé d’une peine de 30 mois de prison avec sursis probatoire pour ce qui excède la durée de la détention préventive. Kealan a bénéficié d’une peine de probation autonome de 2 ans ou à défaut, d’une peine de 18 mois de prison. Pierre-Yves a bénéficié d’une peine de 150 heures de travail ou, à défaut, d’une peine de 18 mois. Jonathan a été condamné à 170 h de travail ou, à défaut, d’une peine de 20 mois de prison.