Ce lundi, le parquet a requis des peines de 2 mois de prison avec sursis et des amendes de 800 euros à l'encontre de 13 des 14 affiliés et syndicalistes de la FGTB poursuivis devant le tribunal correctionnel de Liège pour avoir bloqué la circulation dans les deux sens en 2015 sur l'autoroute E40 à Cheratte. 
 Le ministère public ne s'est pas opposé à une suspension du prononcé pour un des prévenus mais a estimé pour les autres qu'il était temps de "prendre ses responsabilités". 
 Pour rappel, des affiliés de la FGTB sont soupçonnés d'avoir commis le 19 octobre 2015, une entrave méchante à la circulation commise dans le cadre d'un mouvement de grève lors duquel des manifestants ont bloqué l'autoroute E40 à Cheratte. 
Ce jour-là, environ 300 manifestants ont bloqué le viaduc de Cheratte sur l'autoroute E40 et provoqué plus de 400 kilomètres de file, mais aussi le blocage des secours. 
 Les faits de dégradations et le décès d'un patient d'un médecin bloqué dans la circulation ne sont pas poursuivis. Ils ont obtenu un non-lieu pour ces faits. 
Alors qu'ils se félicitaient sur les réseaux sociaux de l'action le jour des faits, lors de la précédente audience, les prévenus ont déclaré que les faits avaient été commis par des casseurs et non des membres de la FGTB.
La défense a demandé, entre-autres, l'acquittement en estimant que leurs clients n'avaient pas eu d'intention méchante. L'avocat a également plaidé le dépassement du délai raisonnable. Le jugement est prévu lors d'une audience ultérieure.