Olivier, 42 ans, encourt une peine d'un an de prison avec sursis probatoire après avoir été impliqué dans une entrave méchante à la circulation commise à Comblain-au-Pont lors de laquelle il avait bu et pris de la cocaïne s’est fait passer pour un policier de la brigade des stupéfiants… Lors de cette scène qui s'est déroulée le 24 octobre 2020, il a également pris le GSM de la victime. Ce jour-là, Olivier avait de son propre aveu, consommé de l'alcool et pris de la cocaïne avant de prendre le volant de sa BMW X3. Sa compagne était à ses côtés lorsqu’il a brusquement dépassé une camionnette. Selon le conducteur de la camionnette, mais aussi la compagne du suspect, la manoeuvre était dangereuse. Le conducteur dépassé a alors fait des appels de phare à l’automobiliste.

Mais Olivier ne l’entendait pas de cette oreille. Il a freiné si brusquement que sa compagne a été projetée dans le pare-brise et le véhicule qui le suivait lui a foncé dedans ! Olivier, est alors sorti de son véhicule pour aller invectiver le conducteur de la camionnette.

Toujours selon sa compagne et ce conducteur, qui ne se connaissent pas, le conducteur de la BMW a hurlé des insultes et déclaré qu’il était policier à la brigade des stupéfiants. Un comportement particulièrement culotté pour quelqu’un qui avait bu et consommé de la cocaïne avant de prendre le volant. Le conducteur de la camionnette a alors pris son GSM pour filmer l’excité… Mais ce dernier ne l’a pas entendu de cette oreille et a porté un coup au conducteur et lui a pris son téléphone. Un GSM qui a été retrouvé chez un membre de la famille du suspect. "Je ne sais pas quoi dire", a déclaré le prévenu qui semblait un peu désinvolte. "Je n’ai rien à dire. Je ne suis pas d’accord." Une réaction qui a fait réagir la juge. "Ça vous intéresse ce dossier ?" Le prévenu qui a admis être bipolaire s'est alors un peu repris. "Je suis complètement stressé. Je ne sais plus, il y a tellement longtemps."

Lors d'une perquisition qui s’est déroulée au domicile d'Olivier, les policiers ont découvert un coup de poing américain, une étoile à lancer, un pistolet lance-fusée, des cartouches, mais aussi de la cocaïne. Le prévenu a déjà quatre antécédents de faits de roulage. L’avocat du prévenu a estimé que le conducteur de la camionnette n’aurait pas dû faire des appels de phare, parce que cela serait interdit. L’avocat a également estimé qu’il n’aurait pas dû filmer son client parce qu'il s’agirait d’une violation de la vie privée. La décision sera rendue dans le courant du mois d’octobre.