La suppression des loyers est réclamée.

Il suffisait de déambuler ce mardi matin dans les rues du centre de Liège pour s’en rendre compte… le confinement général n’est pas décrété mais, déjà, les commerces s’y préparent.

Ce mardi, l’équipe du Commerce Liégeois (ASBL) a d’ailleurs confirmé que, sur le terrain, "60 % des commerçants du centre-ville de Liège affichaient porte close". Pire précise le président de l’association Jean-Luc Vasseur, après avoir sondé ceux qui étaient encore ouverts, "ils sont très nombreux à penser fermer dans les prochains jours, car rien qu’éclairer sa devanture coûte plus cher que cela ne rapporte".

Au niveau de l’ASBL Le Commerce Liégeois, plusieurs demandes sont donc émises, avec le souhait qu’une réponse sera apportée de manière urgente : "nous demandons la suppression des loyers pendant la période de crise, la suppression des taxes liées aux commerçants, la suppression des acomptes de charges énergétiques, la suppression des acomptes TVA/ONSS ainsi que l’exonération des cotisations sociales".

Des loyers très élevés !

Ouvrir son commerce, dans ce contexte serait en effet un non-sens… Le confinement doit être mis en place estime-t-on encore au sein de l’association, sauf pour les commerces de l’alimentation et de soins.

"Tous les commerçants sont dans un état d’anxiété et d’incompréhension face aux informations qui circulent, c’est pourquoi nous pensons qu’il faut savoir trancher une bonne fois. Une aide économique adéquate doit être mise en place pour cette période de crise… à Liège, certains loyers atteignent les 15 000 euros. Nous ne pouvons agir par le biais de demi-mesure : au plus vite nous serons débarrassés de ce virus au plus vite la vie socio-économique pourra refleurir".