Liège Willy Demeyer (PS) assure que la suppression du commissariat n’a pas été discutée au sein du collège

Nous l’évoquions cette semaine, d’importantes craintes animent la police de Liège. En cause : cette idée de supprimer l’un des principaux commissariats de la ville, celui d’Avroy-Laveu. Raison de cette suppression ? Le coût exorbitant de la rénovation (nécessaire) du bâtiment situé rue Darchis. On parle de 800.000 euros !

Ici, une trentaine d’agents travaillent toutefois et pas moins de 6 quartiers sont couverts par cette antenne. Le territoire est en effet énorme et s’étend des Guillemins au centre-ville ainsi que du Laveu à la place du XX Août. Cette possible suppression abasourdit dès lors les agents.

Après le chef de corps de la police liégeoise, qui confirmait qu’une réflexion était en cours sur le fonctionnement des commissariats, en vue d’augmenter encore le travail de proximité, c’est le bourgmestre Willy Demeyer, en sa qualité de chef de la police locale, qui a tenu à réagir à cette annonce...

"Les 3 années écoulées ont été contraignantes pour les forces de police et ont eu des répercussions sur la capacité policière dans les quartiers. Si les citoyens et l’autorité administrative mesurent bien la charge qui a pesé sur les réalités quotidiennes des policières et policiers, ils souhaitent aujourd’hui retrouver une présence policière dédiée à la qualité de vie dans les quartiers. Raison pour laquelle, le Chef de Corps et son équipe préparent un rapport vers l’autorité administrative en vue d’une réorganisation du fonctionnement de la Police de quartier afin d’augmenter la proximité et la résolution de problèmes. Cela inclut une meilleure répartition des effectifs au vu des contingences diverses telles que le maintien d’ordre". Comprenons : aucune décision officielle n’a été prise.

Il n’en reste pas moins que la fermeture du commissariat d’Avroy-Laveu est bien une piste… Le mayeur le confirme d’ailleurs : "le coût de la rénovation du Commissariat d’Avroy-Laveu est important". Mais rassure dans le même temps : "À ce jour, cela n’a fait l’objet d’aucune discussion au sein du collège communal liégeois".