Comme évoqué dans l'édition de ce jour, les voix s'élèvent en région liégeoise depuis que la Région wallonne a accordé le permis sollicité par ArcelorMittal Belgium en vue du démantèlement des bâtiments industriels et leurs installations sur le site du Haut-Fourneau B (HFB) d'Ougrée. A Seraing, le sujet fait débat. En effet, après la CSC et la FGTB Métal qui, au nom du devoir de mémoire, se sont exprimés en faveur du maintien de la structure du HFB, les discussions autour du devenir du site devraient occuper un certain temps les élus sérésiens lors du conseil communal de lundi prochain...

On sait, en effet, que le groupe Ecolo a déposé une interpellation portant sur la sauvegarde de la tour du HFB. Une motion sera également soumise au conseil communal. Elle vise à demander au gouvernement wallon d'intégrer à la liste de sauvegarde définitive les éléments figurant dans la liste de sauvegarde temporaire telle que reprise dans le permis ayant été accordé. Il s'agit également de demander au gouvernement wallon d'étudier les différentes possibilités de reconversion des éléments visés au regard des reconversions similaires déjà effectuées en Wallonie et à l'étranger.

A la suite de ces diverses prises de position, le bourgmestre de Seraing, Francis Bekaert, et le collège communal ont souhaité s'exprimer à leur tour. Ils ont ainsi, ce vendredi, réaffirmé leurs ambitions en matière de mémoire industrielle, tout en insistant sur le fait qu'il convient de "se donner les moyens d'une conservation effective et dans le temps". En clair, si la conservation du HFB devait être envisagée dans le cadre de l'étude commandée en vue de la reconversion, le collège communal sérésien estime que cette conservation doit être sécurisée d’un point de vue économique, financier et environnemental.

Et d'insister sur l'attention accordée à Seraing sur le patrimoine industriel, dans le cadre de son redéploiement, en épinglant des projets comme Gastronomia dans les halles Cockerill ou encore la reconversion des Ateliers Centraux... Un projet de conservation de la partie du HFB au-dessus de la ligne 125 A, pour en faire un tunnel avec son et lumière, avait même été évoqué il y a quelques années. Du côté du MR, on avait même émis l'idée de conserver le HFB pour en faire un parc d'attractions!

"En étroite ligne avec la position du conseil communal, l'affectation majoritairement économique du HFB reconverti a été réaffirmée. Le collège considère que cette affectation économique et la création espérée d'emplois sont compatibles avec une préservation patrimoniale, pour autant que celle-ci soit réfléchie", a indiqué le collège, dans un communiqué diffusé ce vendredi. "La reconversion du site est aussi une opportunité pour ouvrir le site à la mobilité, sachant que le boulevard urbain se prolongera sur le site du HFB, et pour réaménager les liens entre le site et les quartiers, par exemple de la rue Dunant vers le parc du Biez du Moulin".

Le collège signale néanmoins qu'un périmètre a été établi, à la demande de la Ville, en vue d'exclure temporairement de la déconstruction la zone correspondant à la tour et aux cowpers du HFB et ce, sachant que des réflexions sont en cours. La Région a suivi cette précaution dans la délivrance du permis.

"Il ne s'agit pas seulement de se déclarer favorable à la mémoire industrielle, et Seraing l'est assurément", relève le bourgmestre de Seraing. "Il faut aussi prendre en compte les coûts/bénéfices d'une opération de conservation et de maintenance, la gestion de la pollution/dépollution sous et autour des infrastructures qui seront conservées (Arcelor serait dispensé d'assainir ?), la gestion du temps, la pérennité de la conservation pour ne pas reporter la question de sa gestion aux générations futures".