Un projet de remblai de la carrière de Bilstain, dans la commune de Limbourg, est prévu de longue date par la société Lambrighs, présente sur le site depuis 1962.

Selon les conclusions de l’étude d’incidence sur l’environnement, l’organisation de l’acheminement des terres passerait par le centre de Dolhain. Le collège communal a dès lors sollicité, auprès du demandeur, la tenue d’une réunion d’information à destination des riverains de la carrière et des rues concernées.

Cette réunion s’est tenue lundi soir au Kursaal lors de laquelle les promoteurs ont présenté le projet. Près de 100 personnes avaient fait le déplacement, dans le respect des mesures sanitaires. Dans un premier temps, la société Eloy a rappelé les contours du projet. L’idée est de continuer à exploiter la carrière de Bilstain et de la remblayer avec des terres excavées dans le même temps. Mais voilà, si actuellement le trafic généré est de 32 passages de camions par jour pour la carrière de Bilstain. Si le projet passe, ce sont 32 passages supplémentaires qui devraient s’ajouter.

Dans un second temps, les riverains ont pu manifester leurs inquiétudes. S’ils ne s’opposent pas en tant que tel au projet de remblaiement, ils déplorent le plan de circulation établi. Plutôt qu’un passage du charroi par le centre de Dolhain, ils préfèrent un passage par la campagne. Un collectif s’est d’ailleurs constitué contre le charroi pour le remblaiement de la carrière de Bilstain, regroupant plus de 400 membres. Pour le collectif, le remblaiement de la carrière ainsi que la poursuite de l’exploitation vont amener 128 camions qui vont traverser quotidiennement le centre de Dolhain, soit un camion toutes les trois minutes, et ce, pendant 47 ans, le projet étant prévu jusqu’en 2067.

La commune fait le même constat et demande aux promoteurs de réétudier l’itinéraire prévu. "La sortie du charroi pourrait se faire le long du chemin de fer pour rejoindre l’E40", estime la bourgmestre Valérie Dejardin.

Un comité d’accompagnement rassemblant les promoteurs du projet, des citoyens et la commune pourrait être créé afin de poursuivre les discussions.