Mardi, 150 personnes se sont rassemblées dans le centre de Liège et ont formé un cortège qui s'est élancé dans la Cité ardente à partir de la Place des Déportés.

"Nous avons organisé ce cortège contre le couvre-feu et pour des mesures sanitaires solidaires", indiquent les organisateurs.

Le cortège a arpenté les rues de Liège, choisissant un parcours et des temps d'arrêts symbolique, "qui représentaient certaines des réalités". Ainsi, un arrêt et une prise de parole d'une soignante devant une maison médicale  a rappelé l'importance du "prendre soin" dans de bonnes conditions. Les manifestants ont ensuite traversé le quartier Saint-Léonard en scandant : "Travaille, consomme et rentre chez toi", "La ville est à nous, surtout la nuit", "Du fric, du fric pour l'hôpital public".

Devant l'hôtel de Ville, les prises de parole se sont poursuivient, en chanson notamment, faisant aussi référence à l'anniversaire des Gilets Jaunes en ce 17 novembre. 

Enfin, jusqu'au fond de la rue Léoplod, puis cathédrale, en passant par la passerelle d'Outremeuse, le cortège a continué en musique "avec de chaleureuses réactions à partir des balcons". La dernière prise de parole a rappelé "la diversité des personnes invisibilisées - en partie présentes - et la force de nos solidarités. Rendez-vous est donné dans dix jours". (NDLR : samedi 28 novembre, place saint-lambert à 21h).

A 23 h 20, la police de Liège a indiqué que le cortège était "disloqué", ajoutant que "tout est rentré dans l'ordre". Il n'y a pas eu d'incident et pas d'arrestation.