Mais prêt à affronter une deuxième vague

Huit patients sont encore hospitalisés dans l'unité covid de la clinique du MontLégia tandis qu'il n'y en a plus aux soins intensifs. Deux patients sont, par contre, encore aux soins intensifs à la clinique Saint-Elisabeth à Heusy (Verviers), a indiqué vendredi Alain Javaux, directeur général du Groupe santé CHC, qui se dit prêt à affronter une éventuelle deuxième vague de contamination. Après avoir anticipé en période de confinement le déménagement de ses trois sites (cliniques Saint-Joseph, de l'Espérance et Saint-Vincent) vers la nouvelle clinique du MontLégia, le Groupe santé CHC se dit prêt à affronter une éventuelle deuxième vague de contamination. En se donnant ainsi la capacité de doubler le nombre de lits équipés de respirateurs, passant d'abord de 35 à 48 lits puis à 92 en déployant au bloc opératoire et en salle de réveil, le Groupe santé CHC estime s'être positionné comme un acteur majeur dans la gestion de la crise.

"Au plus fort de la crise, le 8 avril, nous avons dénombré 169 patients covid hospitalisés en même temps, dont 54 en soins intensifs", souligne Alain Javaux. "Pour l'ensemble du groupe, on doit déplorer 77 décès sur toute la durée de l'épidémie".

On estime à un millier le nombre de personnes touchées par le coronavirus qui sont passées par le Groupe santé CHC, dont 40 % sont rentrées à domicile.

Le directeur général estime que la disponibilité, la flexibilité, la solidarité, l'adaptabilité et la débrouillardise dont ont fait preuve les équipes ont permis de progresser de manière significative au niveau de diverses procédures, qui seront à intégrer dans un plan spécifique pandémie. "Il est hautement probable qu'on vive encore d'autres pandémies, en Europe comme dans le monde", souligne Laurent Jadot, médecin intensiviste/infectiologue à la clinique du MontLégia.