Nous l'évoquions ce mercredi en début d'après-midi, le "dépist-car" du CHU de Liège a été pris d'assaut dès son ouverture ce mercredi et ce, notamment en raison de la fermeture de plusieurs autres centres de dépistage, du CHC notamment, qui tente de résorber son retard dans l'analyse des tests réalisés.

"Le CHU de Liège remercie la Police de Liège d’être intervenue pour régler les problèmes de mobilité. Plus de 500 tests ont été réalisés par rapport aux 400 tests quotidiens des jours précédents", précisait en fin d'après-midi le CHU de Liège, "Cet afflux supplémentaire trouve son explication, en plus d’une demande accrue, dans la réduction des heures d’ouverture, voire la fermeture, des autres sites de dépistage à Liège".

Vu la situation, on précise au CHU de Liège que la Cellule de Crise s’est réunie ce mercredi midi "pour faire le point sur cette situation difficile, tant pour les patients que pour le personnel de prélèvements et pour le laboratoire qui est obligé d’allonger son temps de réponse".

Le CHU a donc décidé de revoir le fonctionnement de son dépistage et, partant, des analyses.

- Ces jeudi et vendredi, le « Depist-Car » n’accueillera que les personnes convoquées en pré-hospitalisation.

- Dès lundi, le « Depist-Car » sera ouvert pour les seuls cas symptomatiques et les pré-hospitalisations.

- Dès lundi, pour les patients asymptomatiques, des kits de tests salivaires seront disponibles dans les centres de prélèvements du CHU de Liège (liste ci-dessous). Ils pourront être directement effectués sur place ou déposés dans des centres de collecte qui vous seront communiqués ultérieurement.

- Les analyses de retard accumulés par les laboratoires du CHU seront résorbés vendredi et les laboratoires travaillent à une augmentation de capacité des tests PCR.

On précise enfin au CHU de Liège que "la Cellule de Crise a également pris d’autres mesures en lien avec la crise COVID qui seront d’application dès ce vendredi sur les sites du Sart Tilman et de NDB : la limitation des visites à 1 visiteur par patient par jour sera alors la règle, excepté pour les patients en fin de vie. Le CHU de Liège entame aussi, dès ce mercredi, la déprogrammation progressive de l’activité non nécessaire et non-urgente".