Le mardi 3 novembre prochain, les crèches communales de la Ville de Liège seront fermées… non pas parce que les travailleurs seront en grève… mais les travailleurs seront toutefois en grève, car la décision a été prise par la Ville de fermer les crèches (durant toute la semaine de la Toussaint), ce que dénonce aujourd’hui la CSC services publics. Cette décision "non-concertée", précise le syndicat chrétien, mettrait en effet plusieurs travailleurs dans l’embarras. "Sans parler des parents qui doivent travailler et qui doivent trouver une solution pour leurs enfants", précise Christophe Kinot, délégué principal pour la CSC Services publics.

Ce que conteste précisément le syndicat, c’est donc le fait que la décision de fermer les crèches communales liégeoises, soit 25 structures occupant 300 travailleurs, puéricultrices en grande partie, n’aurait pas été discutée. "Nous avons juste reçu quelques mails avant la décision et depuis, nous sollicitons l’administration mais nous n’avons eu aucun retour", explique le délégué. Un préavis de grève a donc été déposé.

Manifestation

Rien n’ayant bougé, les travailleurs comptent manifester leur colère et leur incompréhension devant deux crèches communales, à savoir la crèche de Droixhe (rue Hector Chainaye) et celle de Saint-Laurent (rue Saint-Laurent), mardi entre 7h30 et 9h30.

"Chaque année, les crèches ferment lors de certains congés, comme une semaine à Pâques", poursuit le délégué, "mais elles ne ferment pas toutes en même temps et les travailleurs peuvent s’organiser pour travailler dans d’autres structures de la Ville". Ce n’est pas le cas cette fois doit-on comprendre. Conséquence : "Le personnel est obligé de prendre des congés, des heures de récupération voire un congé sans solde…". Inadmissible juge la CSC qui insiste dès lors pour que les travailleurs ne soient pas placés devant ce fait accompli. En outre, le syndicat précise que cette décision, prise unilatéralement, sans concertation, "n’est pas légale".