Roland Léonard, échevin des Travaux et Jean-Pierre Hupkens, échevin de la Petite enfance, ont fait un rapport circonstancié ce vendredi au collège sur la réouverture de la crèche de la Dîme à Angleur… dans laquelle l’eau était montée à plus d’un mètre en juillet dernier.

Il aura en effet fallu 8 mois, un budget de plus de 100 000 euros et beaucoup de travail pour permettre à la crèche de la Dîme de rouvrir. C’est le cas depuis ce lundi 14 mars, pour le plus grand plaisir des parents des bambins. Depuis l’été dernier, les 18 lits avaient été transférés à la crèche communale de la rue Hocheporte.

"Les réfections visaient au rétablissement d’un cadre optimal dans nos bâtiments dévolus à l’accueil de la petite enfance. Dans ce cadre, la crèche de la Dîme, à Angleur, nécessitait d’urgence de grands travaux", ont indiqué les échevins. "Il s’agissait en effet du bâtiment communal dédié à la petite enfance le plus impacté par les crues que nous avons subies. En effet, le rez-de-chaussée du bâtiment fut inondé jusqu’à 1,20 m de hauteur. Les installations techniques de chauffage et d’électricité y étaient donc conséquemment altérées. Le revêtement des sols, les portes et le mobilier subissaient le même sort".

Ces travaux évalués à 120 000 euros sont donc à présent terminés.

À Aywaille…

Bonne nouvelle également pour les familles qui fréquentent la crèche communale l’Île aux câlins, à côté de l’administration communale d’Aywaille, rue de la Heid : d’ici quelques semaines, ils pourront réintégrer le bâtiment, intégralement remis à neuf après le sinistre.

"L’eau est montée à plus d’un mètre et les dégâts étaient importants", rappelle le bourgmestre d’Aywaille, Thierry Carpentier, "il a notamment fallu remplacer les portes coupe-feu et assainir le bâtiment". L’opération de "séchage" des murs fut particulièrement complexe tant l’eau était présente dans les murs. "Mais la réouverture est bien prévue pour la rentrée après les vacances de Pâques". De quoi ravir les dizaines de familles qui, depuis plusieurs mois, devaient conduire leur enfant à Nonceveux, la salle du village ayant été temporairement transformée en crèche.