L’avocat général Pascale Schils a requis jeudi devant la cour d’assises de Liège une culpabilité d’assassinat contre Daniel Mathy, un Liégeois âgé de 74 ans qui avait égorgé son épouse. Les avocats des parties civiles ont, pour leur part, insisté sur la cruauté des faits commis et sur l’égocentrisme de l’accusé.

Claudine Hallut (61 ans) avait été égorgée le 9 février 2018 à Saint-Nicolas (Liège). L’accusé s’était introduit dans sa propriété et lui avait porté plusieurs coups de couteau. Daniel Mathy, qui ne supportait pas la séparation avec son épouse, avait ensuite tenté de se suicider.

Alors que l’accusé est en aveux sur l’assassinat de Claudine Hallut, les parties civiles ont dénoncé la gravité et la cruauté des faits commis. Me Jean-Dominique Franchimont a épinglé le narcissisme et le passé agressif de Daniel Mathy. "Il a commis le crime de la frustration, du rejet et de la jalousie. C’est un crime d’égocentrisme", a énoncé l’avocat.

L’avocat général Pascale Schils a également souligné quelques éléments inquiétants de la personnalité de Daniel Mathy, comme son rejet systématique de la faute sur les autres, son incapacité à gérer ses frustrations, le déni des volontés de sa femme et son égocentrisme absolu. L’avocat général a aussi relevé les actes préparatoires de l’accusé et son comportement, qui déterminent la préméditation des faits. "Rien n’arrête sa détermination. Il était dans son trip, il était venu pour tuer".

Selon les avocats de la défense, Me Jean-Paul Reynders, Me Céline Fagnoulle et Me François Wautelet, Daniel Mathy avait bien prémédité les faits dont il est accusé. Les avocats ont insisté sur les intentions suicidaires de leur client, qui souhaitait mourir avec son épouse. Alors que son épouse avait coupé tous les moyens de contact avec lui, l’intention de Daniel Mathy était de venir discuter avec elle. "Mais il avait aussi prémédité le fait que, si elle refusait de parler, il allait la tuer et se suicider ensuite. Deux éléments sont venus perturber son scénario : le chien qui l’a repéré alors qu’il était caché dans l’abri de jardin et la voisine qui a appelé les secours alors qu’il s’était ouvert les veines. L’ambulance est arrivée trop vite pour Daniel Mathy qui espérait mourir", a résumé la défense.