1 000 du genre arrivent de Chine au CHU de Liège pour validation… ce test pourrait à court terme désengorger nos hôpitaux !

C’est très clairement l’un des points noirs de cette épidémie… le dépistage des patients pour lesquels on suspecte une infection au coronavirus Covid-19 est, aujourd’hui encore, particulièrement fastidieux. Car les hôpitaux sont débordés bien sûr mais aussi car le risque de contagion crispe la population. Aujourd’hui, seuls les patients qui semblent lourdement atteints par le virus sont invités à être testés, sur conseil de leur médecin. Mais le résultat n’est obtenu qu’après 24 heures, ce qui impose un confinement prolongé le cas échéant.

Aujourd’hui toutefois, un “nouveau” test salvateur est en arrivage, de Chine… vers Liège. Depuis 2015, l’entreprise Zentech (Angleur) – société belge de biotechnologie spécialisée dans le développement, la production et la commercialisation de kits de diagnostic in vitro dédiées aux maladies survenant à un stade précoce de la vie et dans le dépistage de maladies rares – dispose d’un partenariat avec l’entreprise chinoise Zheda Dixun. "Et voici deux mois, notre partenaire nous a informés qu’il développait ce test relatif au Covid-19”, nous a confirmés ce mardi Jean-Claude Havaux, président du CA de Zentech. Un test réalisé sur base d’une prise de sang et qui semble parfaitement approprié à l’épidémie qui frappe l’Europe.

En substance, il s’agit d’un kit de dépistage plus rapide mais également moins cher (sous la barre des 10 euros) que les tests dont nous disposons actuellement. Il permettrait de réaliser le test en obtenant un résultat en quelques minutes. “Il suffit en effet de 15 minutes pour obtenir une information sur la déficience immunitaire du patient au Covid-19”, poursuit Jean-Claude Havaux . Pas de logistique liée au maintien de la chaîne du froid, pas d’équipement spécialisé ni de formation spécifique requise… Mais un résultat rapide permettant de déterminer si le patient est malade, porteur sain ou négatif. Les avancées apportées par ce test seraient donc considérables.

“Il est idéal pour les hôpitaux, cliniques et laboratoires et pourrait être déployé à grande échelle dans différentes collectivités”, assure-t-on encore chez Zentech qui le présente comme un test pouvant devenir “un élément majeur dans la lutte contre la propagation du virus, la détection des personnes protégées et la diminution du stress de la population”.

La capacité de dépistage pourrait en effet être multipliée par 10. Le personnel médical serait logiquement prioritaire. Cela permettrait en outre de désengorger nos hôpitaux et de pratiquer un dépistage à grande échelle, ce que réclament de nombreux spécialistes et observateurs.

1 million de tests commandés

Ce mercredi au plus tard, ce sont 1 000 kits de dépistage qui doivent arriver au CHU de Liège où leur fiabilité devra être validée. “Il s’agit d’une validation de l’utilisation car nous nous sommes déjà assurés de la qualité du produit, de la production et du stock”, assure Jean-Claude Havaux.

Ce test de dépistage serait fiable à 97 %… On le sait par ailleurs, Zentech a déjà effectué la réservation d’un million de tests qui devraient arriver en deux vagues de 500 000 tests. Dans le cadre du partenariat avec Zheda Dixun qui plus est, l’entreprise liégeoise pourrait obtenir une licence de fabrication de manière à produire, sur place, ses propres tests de dépistage.