La crèche de la gare a été inaugurée ce mardi, une expérience pilote pour le pays

LIÈGE Un lieu de convergence incomparable, un lieu où les navetteurs transitent en masse, arrivent, partent travailler, un site que d’autres longent simplement ou admirent en passant. “Entre l’autoroute et le parking, entre le parking et le quai de gare, Liège Guillemins bat le record du monde de l’intermodalité.” Quel meilleur endroit dès lors pour constituer ici une crèche ? Chacun sait en effet que le meilleur endroit pour déposer son enfant, c’est celui qui se trouve sur le chemin du travail.

Alors que l’idée est dans l’air “depuis 20 ans” , confirme Benoît Drèze, échevin de la Famille à Liège, depuis que les “dames cheminots” ont émis le besoin d’une crèche à proximité de leur lieu de travail, c’est ce mardi que la crèche Les Petits Voyageurs a été inaugurée, à l’arrière du prestigieux édifice. L’espace pouvant accueillir 25 enfants a donc été inauguré conjointement par la ville, par la SNCB Holding et par l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE); la gestion et la location des lieux incombent à la ville et la SNCB Holding a mis le site, aménagé, à disposition.

En l’occurrence, il s’agit “d’une première en Belgique” . Qui servira d’expérience pilote poursuit l’échevin, “il est important que cela réussisse” , pour insuffler une dynamique dans d’autres gares de Belgique.

À Liège comme ailleurs, le besoin en terme d’accueil de la petite enfance reste criant et ce, malgré des chiffres en hausse depuis quelques années. “Grâce à ces 25 nouvelles places, nous en sommes à 185 places, l’objectif est d’atteindre 225 places en 2015.” Ce qui représenterait dès lors un taux de couverture d’un tiers à Liège (ou 33 %), soit d’un enfant sur trois.

D’autant qu’à Liège , “il y a l’effet de métropole” , souligne l’échevin. Un tiers des demandes proviennent de la périphérie, ce dont ne tient pas compte le taux de couverture.

280.000 € par an, telle est la somme que devra débourser Liège pour le fonctionnement de l’outil, “c’est un peu plus qu’une crèche ordinaire” , concède l’échevin, qui explique ce tarif par la spécificité même de cette crèche, “ouverte non pas de 7 h à 18 h mais de 6 h 15 à 19 h en raison des horaires des trains” .

L’ouverture de la crèche (avant la fin du mois) profitera principalement à des parents navetteurs, membres du personnel et (ensuite) riverains, “c’est aussi une manière de réconcilier la gare et son environnement” .



© La Dernière Heure 2012